Politique

Libye : le nouveau chef d’état-major « déclare la guerre aux terroristes »

| Par Jeune Afrique
Une réunion du Congrès national libyen, l’ancien Parlement, en 2013.

Une réunion du Congrès national libyen, l'ancien Parlement, en 2013. © AFP

Au lendemain de sa nomination dimanche, le nouveau chef d’état-major libyen Abdel Razzak Nadhouri a prêté serment en déclarant « la guerre aux terroristes ». Le Parlement élu en juin a annoncé son intention de donner à l’armée les moyens de mettre au pas les milices islamistes qui contrôlent des pans entiers du pays.

Le nouveau chef d’état-major libyen a prêté serment, lundi 25 août, au lendemain de sa nomination à ce poste par le Parlement élu. "Permettez-moi de déclarer, à partir de ce moment, la guerre contre les obscurantistes, les terroristes et les takfiris", a déclaré le général Abdel Razzak Nadhouri lors de la cérémonie.

Celui-ci a été choisi pour son poste par vote dans la nuit de dimanche à lundi. Le porte-parole du Parlement, Mohamed Toumi, a indiqué que le colonel Abdel Razzak Nadhouri a été désigné par 88 parlementaires sur 124 présents et promu au rang de général. Le nouveau chef d’état-major est originaire de la ville de Marj, à 1 100 km à l’est de Tripoli. Pendant le soulèvement contre le régime de Mouammar Kadhafi en 2011, il avait rejoint les insurgés de Benghazi, foyer de la révolte dans l’est du pays.

Soutien inconditionnel à l’armée nationale

Il remplace le général Abdessalam Jadallah Oubeidi, qui a été auditionné le 10 août par le Parlement sur l’incapacité de l’armée à faire régner l’ordre notamment à Tripoli et Benghazi, deux villes livrées aux milices armées. Les parlementaires, qui siègent à Tobrouk, à 1 600 km à l’est de Tripoli, l’ont alors rendu responsable de la détérioration de la situation dans le pays.

La crise fait toujours rage dans le pays. Des miliciens islamistes ont affirmé samedi avoir ravi l’aéroport de Tripoli aux nationalistes, une annonce quelque peu atténuée par l’un de leurs porte-parole qui a précisé qu’ils étaient entrés dans l’aéroport où ils s’emploient à nettoyer des poches de résistance.

>> Lire aussi Libye : l’Égypte met en garde contre les répercussions de la crise dans les pays voisins

Le Parlement libyen a qualifié de terroristes les milices islamistes et les jihadistes qui contestent sa légitimité et affirmé son intention de les combattre en soutenant les forces armées régulières. "Ces groupes sont une cible légitime pour l’armée nationale, que nous soutenons avec force pour qu’elle continue sa guerre jusqu’à les contraindre à cesser les tueries et à remettre leurs armes", a souligné le Parlement.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte