Politique

Nigeria : Boko Haram tente de renforcer sa présence à la frontière camerounaise

Un jour après avoir pris d’assaut la ville de Gamboru Ngala, située au nord-est du Nigeria, les combattants du groupe islamiste Boko Haram ont tenté de faire exploser le pont de Fotokol qui relie le pays à l’extrême-nord du Cameroun. 

Par
Mis à jour le 26 août 2014 à 16:53

Un pont à Gamboru Ngala reliant le Cameroun au Nigeria. © AFP

L’armée nigériane semble avoir de plus en plus de mal à faire face aux islamistes de Boko Haram, notamment dans les localités frontalières. Après avoir pris le contrôle de la ville de Gamboru Ngala, les combattants islamistes ont tenté, mardi 26 août, de faire exploser le pont de Fotokol, sans succès.

"Ce n’était pas facile. Il y a eu d’intense échanges de tirs entre nos gars et eux", a expliqué un policier camerounais, sous couvert d’anonymat. "Les militaires camerounais ont pris le dessus et ont d’ailleurs récupéré un pick-up (avec armes embarquées) que les Boko Haram avaient positionné sur le pont", a-t-il précisé.

>> Lire aussi : l’armée rejette le "califat islamique" proclamé par Boko Haram

text-align: left; text-decoration: none; border: medium none;">Selon cette même source, "les militaires nigérians présents lors de l’attaque de Gamboru ont tenu pendant un bon bout de temps avant de lâcher prise parce que les assaillants étaient plus nombreux qu’eux".

Même si le calme semble être revenu dans la ville de Gamboru Ngala, les policiers camerounais restent sur leur garde. D’autant que les insurgés contrôlent, depuis lundi, le poste de police principal de la ville ainsi qu’une base militaire située à l’extérieur de la ville.

(Avec AFP)