Diplomatie

Libye : Washington accuse les Émirats arabes unis d’avoir mené des raids contre les islamistes

| Par Jeune Afrique
Des miliciens islamistes en lLibye.

Des miliciens islamistes en lLibye. © AFP

Washington a accusé lundi les Émirats arabes unis et l’Égypte d’avoir secrètement lancé des frappes aériennes contre des miliciens islamistes en Libye.

La porte-parole du département d’État américain Jennifer Psaki a confirmé et complété mardi 26 août ce que des responsables américains avaient révélé la veille et a accusé les Émirats et l’Égypte d’avoir mené ces derniers jours des frappes aériennes en Libye.

Paris, Londres, Berlin et Rome se sont joints à Washington pour condamner dans un communiqué commun les interférences extérieures en Libye, qui exacerbent les divisions. Ils ont dénoncé l’escalade du conflit et ont appelé à la poursuite de la transition démocratique.

Après avoir affirmé dimanche n’avoir mené aucune opération militaire en Libye, l’Égypte a démenti mardi toute implication directe dans ces raids. Les Émirats n’ont quant à eux pas répondu à ces accusations. Les deux pays, alliés dans la lutte contre les islamistes, ont organisé cette année des manœuvres militaires conjointes aux Émirats.

>> Lire aussi : fallait-il renverser Kadhafi ?

Les islamistes en position de force

Ces déclarations sont survenues alors que les islamistes défient le pouvoir reconnu internationalement – qui s’est réfugié à Tobrouk, à 1 600 km à l’est de Tripoli, afin d’échapper aux pressions des groupes armés – et veulent former un gouvernement alternatif après avoir réussi à prendre l’aéroport de Tripoli à leurs adversaires nationalistes. Ils estiment en effet que le nouveau Parlement – élu le 25 juin et à dominante non-islamiste – et le gouvernement ont perdu toute légitimité après avoir appelé à une intervention étrangère pour l’aider à lutter contre les milices. L’Assemblée sortante, le Conseil général national (à dominante islamiste) a chargé une personnalité pro-islamiste, Omar al-Hassi, de former un gouvernement de salut national en l’espace d’une semaine. Le chef du gouvernement provisoire, Abdallah al-Theni, a aussitôt qualifié d’illégales la réunion du CGN et ses décisions.

Fajr Libya se démarque d’Ansar al-Sharia

Souvent accusés de collusion avec les jihadistes, les islamistes de Fajr Libya ont pris leurs distances avec le groupe Ansar al-Sharia qui rejette la démocratie comme modèle de gouvernement et souhaite appliquer la loi islamique dans le pays. Ansar al-Sharia, groupe classé terroriste par les États-Unis, contrôle 80% de Benghazi, où il résiste à une offensive déclenchée contre lui par le général dissident Khalifa Haftar.

Fajr Libya a affirmé dans un communiqué respecter la Constitution et l’alternance pacifique du pouvoir, après avoir été invité par Ansar al-Sharia à rejoindre ses rangs. Plus encore, il a proposé de collaborer avec les forces de sécurité pour sécuriser Tripoli et protéger les ressortissants étrangers.

Ansar al-Sharia et Fajr Libya ont tous deux été qualifiés ce week-end de terroristes par le Parlement élu qui a annoncé son intention de renforcer l’armée pour les éradiquer.

(Avec AFP)

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer