Politique

Niger : les États-Unis font don de 45 millions de dollars aux réfugiés de Boko Haram

| Par AFP
Mis à jour le 22 juillet 2017 à 11h24
Les Etats-Unis ont fait don de 45 millions de dollars (39 millions d'euros) pour assister les réfugiés et déplacés de Boko Haram dans la région de Diffa, dans le sud-est du Niger.

Les Etats-Unis ont fait don de 45 millions de dollars (39 millions d'euros) pour assister les réfugiés et déplacés de Boko Haram dans la région de Diffa, dans le sud-est du Niger. © ISSOUF SANOGO/AFP

Les Etats-Unis ont fait don de 45 millions de dollars (39 millions d’euros) pour assister les réfugiés et déplacés de Boko Haram dans la région de Diffa, dans le sud-est du Niger, frontalier du Nigeria, a annoncé l’ONU vendredi.

« Cette aide de 45 millions de dollars permettra de financer l’assistance alimentaire et les activités de renforcement de la résilience, notamment dans les zones affectées par les violences liées au conflit avec Boko Haram », le groupe islamiste nigérian, souligne dans un communiqué le Programme alimentaire mondial de l’ONU (PAM) qui va gérer les fonds.

Fin juillet 2016, Niamey avait lancé « un appel » pour la « mobilisation » de fonds en faveur du PAM, qui avait annoncé qu’il risquait de suspendre son assistance humanitaire au Niger, Etat très pauvre, en raison d’un manque de financement.

Le PAM avait dit avoir besoin de 21,4 millions de dollars (19,4 millions d’euros) pour continuer à assister les populations du Niger.

« Cette contribution (américaine) apporte un regain d?espoir pour les personnes qui peinent à mettre de la nourriture sur la table pour leurs familles en cette période difficile » de soudure, s’est félicité Benoît Thiry, le représentant du PAM au Niger.

La « soudure », qui a déjà démarré, est la période qui sépare la fin de la consommation de la récolte de l’année précédente de la prochaine récolte.

L’aide américaine permettra également au PAM de « poursuivre ses activités » dans les cantines scolaires « d’urgence » qui accueillent des milliers d’élèves dans des zones vulnérables.

En avril, le ministère nigérien de l’Education avait annoncé que « 54.779 élèves dans 738 écoles », avaient abandonné les cours pour suivre leurs parents à la recherche de nourriture et de zones de pâturage pour le bétail.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte