Société

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent

Mis à jour le 29 août 2014 à 17:08

Révolution oblige, l’ostentation n’est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s’exhibant que dans certaines occasions. Reste qu’un brin de frivolité ne peut pas faire de mal dans un contexte politico-social assez anxiogène. Et les soirées mi-caritatives, mi-déjantées proposées par le Lions Club et le Rotary Club offrent un prétexte idéal pour sortir les grosses cylindrées, étrenner les nouvelles toilettes et exhumer les bijoux des coffres-forts où ils étaient remisés.

N’accède pas à ces soirées qui veut, il faut être parrainé et un tant soit peu connu chez les VIP. Avoir un profil utile aux membres de ces clubs est aussi la garantie d’être bien reçu. Enfin, la réussite professionnelle ne suffit pas : mieux vaut avoir également un patronyme qui vous lie au clan des notables.

"Ce sera très chic, tenue glamour exigée", avertit un membre du Lions Club d’une banlieue huppée de Tunis lors d’une invitation pour une opération de levée de fonds. Dans un restaurant haut de gamme, autour d’un excellent menu à 40 euros hors alcool (environ 90 dinars), chacun vient mettre la main au portefeuille avec plus ou moins de générosité. Une soirée récemment organisée a ainsi permis de récolter autour de 3 000 euros pour "une bonne cause".

Ce qui est peu, diront certains, notamment au regard des fonds récoltés par les associations de terrain. Mais l’essentiel est ailleurs. Ces soirées permettent de rester dans l’entre-soi et de se divertir dans un lieu sécurisé à l’abri des regards. On danse jusque tard dans la nuit, on a l’impression de renouer avec une certaine insouciance… tout en se sentant utile.