BTP & Infrastructures

Téléphérique : le français Poma s’installe en Algérie

Le groupe français Poma a signé en 2013 un contrat de 50 millions d'euros pour la construction d'une télécabine et d'un téléphérique à Tizi-Ouzou, en Kabylie, à 100 km d'Alger. © Poma

Le leader mondial du téléphérique Poma a annoncé la création d'une société mixte algérienne, qui assurera la gestion de l'ensemble des appareils urbains de transport par câble du pays.

Le constructeur de téléphérique Poma a officialisé le 4 décembre la création d’Entreprise de transport algérien par câbles (Etac), évoquée en novembre dernier. Cette société mixte est détenue à 49 % par le groupe italo-français, à 41 % par l’Entreprise de transport urbain et suburbain d’Alger (Etusa) et à 10 % par l’Entreprise du métro d’Alger (EMA).

La nouvelle entreprise, dont le siège se trouve à Alger, a pour mission « le développement, l’exploitation et la maintenance de tout le réseau d’appareils urbains de transport par câble en Algérie ». Etac, dont la direction opérationnelle sera assurée par Poma, aura également sous sa responsabilité « les études, la construction, l’exploitation et la maintenance de tous les nouveaux appareils ».

Premier opérateur mondial

« Ce partenariat franco-algérien va donner naissance au premier opérateur mondial de transport urbain par câble », estime Poma qui note que l’Algérie possède « le plus grand nombre d’appareils de transport urbains par câbles au monde ».

Etac va en effet intégrer la gestion de onze installations de transport urbain par câble – télécabines, téléphériques – qui sont déjà en service dans des villes comme Alger, Blida, Constantine, Oran et Tlemcen. Elle sera également responsable à terme des sept chantiers de transports de ce type en cours de réalisation en Algérie

>>>> Le français Poma va réaliser le nouveau téléphérique d’Alger

Au total, d’ici à dix ans, une dizaine d’autres projets de transport urbain par câble devraient voir le jour dans le pays d’Afrique du Nord. Etac, qui démarre avec 200 salariés, devrait employer 500 personnes d’ici à deux ans, pour gérer « nationalement tous les transports urbains par câble en Algérie », rapporte l’AFP.

Dans un entretien accordé au site spécialisé TSA mi-novembre, Omar Hadbi, PDG d’Entreprise du métro d’Alger estimait à 50 milliards de dinars (plus de 450 millions d’euros) l’enveloppe consacrée par l’Algérie à la rénovation et à la construction de nouveaux téléphériques dans le plan quinquennal 2009-2014.

Partenariat stratégique

« Poma est déjà opérateur à New York, au Caire et bientôt à Miami, mais ce partenariat en Algérie est stratégique car il marque une étape importante dans le développement et la croissance de l’entreprise, a indiqué pour sa part Jean Souchal, président du directoire de l’entreprise italo-française. Nous restons leader dans la conception et la construction des appareils de transport, mais nous intégrons désormais à plus grande échelle un nouveau métier qui est l’exploitation et la maintenance en milieu urbain 365 jours par an. »

Poma, dont le chiffre d’affaires a atteint 283,4 millions d’euros en 2013, revendique 7 800 installations de transport par câble dans le monde en 79 ans d’existence.

(Avec AFP)

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte