Sécurité

RDC : la mort du général Bahuma suscite un grand malaise à Goma

Le général Lucien Bahuma et ses hommes, à 80 km de Goma, le 5 novembre 2013.

Le général Lucien Bahuma et ses hommes, à 80 km de Goma, le 5 novembre 2013. © AFP

Depuis l’annonce du décès du général Bahuma, commandant de l’armée congolaise dans le Nord-Kivu, les habitants de Goma sont inquiets et en colère. Ils ont manifesté lundi dans les rues de la ville, appelant les autorités à ouvrir une « enquête indépendante, rapide et transparente » sur les causes de la mort de l’officier.

"Qui a tué le général Bahuma ?" Au lendemain de l’annonce de la mort, le 31 août, du numéro un de l’armée congolaise dans le Nord-Kivu, âgé de 57 ans, c’est la consternation générale. La thèse officielle du décès à la suite d’un accident vasculaire, en Ouganda, ne passe pas. De nombreux habitants de Goma sont persuadés que le vainqueur de la rébellion du Mouvement du 23-Mars (M23) a été assassiné.

>> Lire aussi : qui était vraiment le général Lucien Bahuma, chef de l’armée au Nord-Kivu ?

Scandant des slogans hostiles à Kinshasa, ils ont exprimé lundi leur inquiétude et colère après la mort de cet officier qu’ils voyaient comme leur libérateur contre l’oppression des milices. Comme dimanche, plusieurs dizaines de femmes de militaires sont sorties du camp Katindo pour manifester également leur colère.

Selon les témoins, des étudiants sont aussi descendus dans les rues de la ville, alors que des jeunes ont dressé des barricades et ont incendié des pneus sur l’un des grands axes de Goma. Des taxis-motos y ont circulé, très souvent phares allumés en plein jour, en signe de deuil. Beaucoup d’automobilistes ont fait de même.

Demande d’enquête

Dans l’après-midi, le calme était revenu mais la mort du général était dans toutes les conversations. "Les gens ne comprennent pas", a expliqué une femme, qui tenait à rester anonyme. "C’est un sujet qui suscite la colère de la population".

À Bunagana (environ 60 kilomètres au nord-est de Goma), dont le M23 avait fait sa "capitale", un "ancien" a déclaré : "Nous voulons que les commanditaires de la mort du général soient connus."

Dès dimanche, la Lutte pour le changement (Lucha), mouvement de jeunes indignés basé à Goma, avait exigé une "enquête indépendante, rapide et transparente" pour déterminer les causes de la mort du général.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte