Politique

Trieweiler tire à boulets rouges sur Hollande

Dans un livre écrit dans le secret, Trierweiler raconte sa vie à l'Élysée. © AFP

La revanche d'une femme humiliée. Dans un livre de 320 pages à paraître jeudi, dont "Paris Match" a publié mercredi les bonnes feuilles, Valérie Trierweiler, ex-compagne de François Hollande, revient sur sa relation avec le président français.

François Hollande s’est "déshumanisé" au fil de sa conquête du pouvoir, raconte son ancienne compagne Valérie Trierweiler, dans Merci pour ce moment, son livre à paraître le 4 septembre, préparé dans le grand secret, mais dont Paris Match s’est procuré les courts extraits.

"Il est froid. Ne sourit pas. Je suis son faire-valoir, mais je ne dois rien valoir", écrit-elle du président français. Valérie Trierweiler relate ainsi sa vie à l’Élysée entre mai 2012 et janvier 2014.

À en croire l’hebdomadaire français qui publie les bonnes feuilles du livre, l’ex-Première dame explique également s’être sentie "illégitime" tout au long de sa relation avec François Hollande, avant même son élection à la présidence, en mai 2012. "Je sens que François ne veut plus de moi dans sa vie politique. Je suis éprise d’un homme que je sens s’éloigner avec le succès. Tout s’inverse", dit-elle plus loin.

"Oui, jalouse…"

Valérie Trierweiler avait semblé mal à l’aise dans le rôle de "First Lady". Elle avait ainsi provoqué la première crise du quinquennat en soutenant Olivier Falorni aux législatives contre Ségolène Royal, la mère des quatre enfants de M. Hollande.

"Oui, jalouse, je le suis, comme je l’ai été avec chaque homme que j’ai aimé", dit-elle. La journaliste raconte aussi comment elle a appris l’existence d’une liaison entre le chef de l’État et l’actrice Julie Gayet.

>> Lire aussi : Julie Gayet, ni épouse ni concubine

L’affaire "est le premier titre des matinales. (…) Je craque, je ne peux pas entendre ça, je me précipite dans la salle de bains. Je saisis le petit sac en plastique qui contient des somnifères". S’ensuit une dispute au cours de laquelle le sac se déchire et les pilules tombent sur le sol.

"Je parviens à en récupérer. J’avale ce que je peux. Je veux dormir. Je ne veux pas vivre les heures qui vont arriver. Je sens la bourrasque qui va s’abattre sur moi et je n’ai pas la force d’y résister. Je veux fuir. Je perds connaissance", écrit Valérie Trierweiler.

Selon Paris Match, qui consacre douze pages à la sortie du livre, elle écrit qu’au cours d’une dispute, le président lui dit : "On aurait peut-être dû se séparer à ce moment-là." La rupture sera officialisée le 25 janvier.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte