Politique

Somalie : un attentat suicide des Shebab contre un convoi de l’Amisom fait douze morts

Par
Mis à jour le 8 septembre 2014 à 16:03

Douze civils ont péri dans l’attentat à la voiture piégée dont a été victime lundi un convoi de l’Amison en Somalie. Une attaque qui intervient une semaine après la mort du chef des islamistes somaliens Shebab.

Mis à jour le 9 septembre à 09h04.

Douze civils ont été tués et une trentaine de personnes blessées lundi au nord de Mogadiscio dans un attentat suicide contre la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom), le premier revendiqué par les islamistes shebab depuis la mort de leur chef le 1er septembre.

Les islamistes somaliens, qui avaient juré de venger leur "émir", Ahmed Abdi Godane, tué il y a exactement une semaine par une frappe américaine dans la région de Basse-Shabelle, également théâtre de l’attentat de lundi, ont revendiqué l’attaque.

>> Lire aussi : Les Shebab désignent un nouveau chef

"Un véhicule bourré d’explosifs a été lancé sur un véhicule blindé de l’Amisom (…). Douze civils voyageant dans un minibus ont été tués et 27 autres blessés", a déclaré Abdukadir Mohamed Sidi, gouverneur de la province de Basse-Shabelle où a eu lieu l’attaque.

Deux soldats de l’Amisom ont également été blessés dans l’attentat, perpétré non loin d’Afgoye, localité située à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Mogadiscio, dans la Basse-Shabelle.

"Je passais aussi dans la zone de l’attaque et je ne sais pas si je faisais partie de leurs cibles", a ajouté le gouverneur.

Selon des témoins, deux minibus, qui circulaient entre Mogadiscio et Afgoye, ont été pris dans l’explosion. "J’ai vu deux minibus et des mares de sang, de nombreux civils ont été tués et l’explosion a été énorme", a déclaré Ali Muhidin, un témoin.

Le couloir d’Afgoye est un axe routier stratégique et très fréquenté sur lequel les shebab ont déjà perpétré plusieurs attentats.

Lundi dernier, Ahmed Abdi Godane, chef suprême des islamistes somaliens shebab, a été tué tué par une frappe américaine dans cette même province de la Basse-Shabelle. Le groupe armé a juré de le venger.

>> Lire aussi : HRW dénonce le viol et l’exploitation sexuelle de Somaliennes par des soldats de l’Amisom

(Avec AFP)