Politique

Crise malienne : incontournable Alghabass Ag Intalla

Alghabass Ag Intalla, secrétaire général du Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), ne participe pas aux pourparlers d’Alger, alors même qu’il est à l’origine de l’idée d’unification des mouvements rebelles. Retour sur les raisons d’un retrait qui ne saurait être définitif.

Par
Mis à jour le 10 septembre 2014 à 19:53

Des membres du MNLA au deuxième round de négociations, à Alger le 1er septembre 2014. © AFP

Les leaders des groupes armés du Nord-Mali se trouvent tous à Alger pour la reprise des pourparlers de paix avec le gouvernement. Tous sauf un : Alghabass Ag Intalla, le secrétaire général du Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA). Selon plusieurs sources, le fils de l’aménokal Intalla Ag Attaher est pourtant le seul chef respecté (et écouté) par les autres mouvements rebelles.

>> Lire aussi : réouverture des négociations d’Alger, à la recherche d’une "solution définitive" à la crise

"C’est lui qui a lancé l’idée d’une unification des différents groupes avant de se rendre à Alger, glisse un médiateur. Depuis quelques semaines, il a véritablement la main sur les décisions." Pourquoi donc ne s’est-il pas rendu en Algérie ? "Il veut laisser les autres régler leurs derniers différends sur la place publique, pour ensuite jouer les pompiers de service", décrypte notre source.

>> Lire aussi : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali (Ramtara Lamamra)