Politique

Djibouti : réconciliation annoncée entre le pouvoir et l’opposition

| Par Jeune Afrique
Ismaïl Guedi Hared, le chef de l'opposition.

Ismaïl Guedi Hared, le chef de l'opposition. © Facebook

Selon le président djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh, son dialogue avec l’opposition devrait bientôt aboutir à la signature d’un accord. Qui signifierait un retour à la situation antérieure aux législatives de 2013.

Le président djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh (IOG), a attendu que le Conseil des ministres du 2 septembre épuise l’ordre du jour pour faire cette annonce au gouvernement : son initiative de relancer le dialogue avec l’opposition « devrait prochainement aboutir à un accord négocié depuis près d’un an avec l’Union pour le salut national [USN, coalition de partis de l’opposition] ».

L’entrée en vigueur d’un tel accord, dont la date de signature reste à déterminer, signifierait l’intégration au Parlement des huit députés USN (sur dix) ayant refusé de rejoindre les bancs de l’Assemblée nationale à la suite des élections législatives de février 2013, dont ils contestent les résultats.

Il s’agit de la troisième tentative de dialogue entre le pouvoir et l’opposition pour mettre fin à cette crise. En février dernier, les deux parties, représentées par Ali Guelleh, chef de cabinet d’IOG, et Aden Abdou, syndicaliste membre de la direction de l’USN, étaient déjà parvenues à un accord, mais un différend de dernière minute avait ruiné les efforts des deux négociateurs.

Depuis, le président s’est lui-même chargé de discuter avec le chef de l’USN, Ismaïl Guedi Hared. Le mariage entre la fille du chef de l’État et l’un des neveux de son rival politique, fin juillet, a probablement facilité les choses.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte