Économie
Port-Louis vu de la citadelle

Cet article est issu du dossier

Maurice, une ambition africaine

Voir tout le sommaire
Politique

Maurice : Bérenger, le lion blanc

Mis à jour le 26 septembre 2014 à 16:15

Il faut l’entendre raconter ses combats ou ses débuts agités en politique. Il faut le voir aussi, avec son visage de héros de BD – moustache blanche, regard mutin -, pour comprendre l’attachement que les Mauriciens portent à Paul Bérenger.

"Quand il a annoncé qu’il était atteint d’un cancer, en 2013, tout le pays a eu mal", dit un proche. Voilà plus de quarante ans qu’il anime la vie politique nationale. "On l’aime ou on le déteste. Il ne laisse personne indifférent", admet un adversaire.

Né en 1945, il fonde le Mouvement militant mauricien (MMM), à 24 ans, pour s’opposer à la mainmise du PTr sur le pouvoir et dénoncer le communautarisme rampant. Depuis, il s’est converti à la social-démocratie, a mis de l’eau dans son vin, même s’il a passé plus de temps dans l’opposition qu’au pouvoir. Éphémère Premier ministre (2003-2005), il rêve de rediriger le pays, quitte à s’entendre avec son meilleur ennemi. "Mon heure de raccrocher les crampons n’est pas venue", dit-il.