Politique

Cameroun : verdict du procès de Lydienne Yen Eyoum reporté au 26 septembre

| Par
Lydienne Yen Eyoum, en détention provisoire depuis 2010.

Lydienne Yen Eyoum, en détention provisoire depuis 2010. © DR

Le verdict du procès de Lydienne Yen Eyoum a été reporté au 26 septembre. Jeudi, l’un des juges requis pour la collégialité ne s’est pas présenté à l’audience.

Lydienne Yen Eyoum, en détention provisoire depuis près de cinq ans, devra encore patienter pour connaître le verdict dans le procès qui l’oppose à l’État camerounais pour détournement de deniers publics. Alors qu’il devait être rendu jeudi 11 septembre, celui-ci a en effet été reporté par le président du tribunal, Me Yap Abdou, au 26 septembre prochain. Motif : l’un des juges requis pour la collégialité ne s’est pas présenté à l’audience.

>> Lire aussi, en cinq questions-clés, ce qu’il faut savoir pour comprendre le dossier Yen Eyoum.

« C’est une manœuvre », s’indigne Me Yondo Black, avocat de Lydienne Yen Eyoum, joint au téléphone par Jeune Afrique. « Ce sont des instructions qui viennent d’en haut », estime-t-il. « Ils veulent juste gagner du temps et pour ça, tous les moyens sont bons », ajoute-t-il.

« Tout ce qu’ils veulent, à termes, c’est la condamner pour permettre au président de la gracier ensuite, prouvant à quel point il est généreux », déplore encore Me Yondo Black, qui précise que, dans ce cas, sa cliente sera radiée du barreau de Douala, dont elle est membre. Il estime aujourd’hui n’avoir rien d’autre à faire qu’attendre le verdict du 26 septembre. « À moins qu’on accède politiquement à la présidence et qu’il y ait des instructions pour qu’on en finisse, je ne vois pas ce que l’on peut faire », estime-t-il.

>> Lire aussi : « Ces VIP camerounais derrière les barreaux » et « Reportage à Kondengui, la prison centrale de Yaoundé »

En attendant, Lydienne Yen Eyoum reste en détention à Kondengui, la prison centrale de Yaoundé. Elle y est incarcérée depuis janvier 2010, attendant la fin d’un procès, dont un de ses co-accusés, l’ancien ministre délégué aux Finances en charge du Budget, Henri Engoulou, est décédé en détention le 8 mai 2014.

_________________

Par Mathieu OLIVIER

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte