Politique

Algérie – France : toujours les moines de Tibhirine

| Par Jeune Afrique
Le juge antiterroriste français Marc Trévidic.

Le juge antiterroriste français Marc Trévidic. © Fred Dufour/AFP

Autorisé à se rendre en Algérie les 12 et 13 octobre pour enquêter sur l’assassinat des moines de Tibhirine en 1994, le juge français Marc Trévidic ne pourra cependant pas travailler comme il l’entend.

Les autorités algériennes ont mis leur veto à la requête de Marc Trévidic, le juge du pôle antiterroriste du tribunal de Paris chargé de l’enquête sur l’enlèvement et l’assassinat des sept moines de Tibhirine (en 1996) qui souhaitait auditionner une vingtaine de personnes parmi lesquelles plusieurs terroristes repentis.

Ces témoins seront interrogés par un magistrat algérien, qui transmettra ensuite les PV à son homologue français. Or "à ce jour, M. Trévidic n’a pas reçu le moindre PV", déplore une source proche du dossier. Autre point de désaccord : l’exhumation et l’autopsie des têtes des religieux enterrés dans le monastère de Médéa.

Le juge parisien sera certes accompagné de quatre experts français lors de son voyage en Algérie, les 12 et 13 octobre, mais ce sont des médecins locaux qui procéderont aux expertises médico-légales.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer