Société

Lions du Cameroun : l’irrésistible ascension de Choupo-Moting

Par - Alexis Billebault
Mis à jour le 16 septembre 2014 à 15:57

Passé cet été de Mayence à Schalke 04, un des meilleurs clubs allemands, Éric Maxim Choupo-Moting (25 ans) a également été nommé vice-capitaine des Lions indomptables du Cameroun, qui ont largement battu la Côte d’Ivoire (4-1) à Yaoundé le 10 septembre en qualifications pour la CAN 2015. Et mercredi, l’attaquant a découvrert la Ligue des champions face au Chelsea de Didier Drogba (1-1).

En quelques semaines, Choupo-Moting est entré dans une nouvelle dimension. Car entre Mayence (modeste club allemand), et Schalke 04 où il a signé en juillet dernier (club sept fois champion et cinq fois vainqueur de la Coupe, habitué de la Ligue des Champions), il n’y a pas grand-chose de commun. De même, quand Volker Finke l’a nommé en août premier vice-capitaine, le statut de Éric Maxim Choupo-Moting en sélection nationale a franchi un cap décisif.

Né il y a 25 ans à Hambourg, d’un père camerounais et d’une mère allemande, Éric Maxim-Choupo Moting a opté pour le pays paternel en 2010. "J’avais déjà joué par les sélections allemandes de jeunes, mais j’ai fait le choix du cœur", explique l’un des rares métis à avoir porté le maillot des Lions Indomptables. "Même si j’ai vécu et grandi en Allemagne, même si je suis très attaché à ce pays à qui je dois beaucoup, mon père, quand j’étais enfant, m’emmenait souvent en Afrique, et notamment au Cameroun. La Fédération allemande a tenté de me convaincre de jouer pour la Mannschaft, mais elle a accepté mon choix. Et ma mère voulait également que je porte le maillot camerounais."

Un père basketteur

Arrivé en 1981 en RFA, son père Just est un  ancien basketteur qui a toujours encouragé la vocation de son fils unique et qui est, au final, est devenu son agent. "Il était bon élève, mais il avait toujours un ballon avec lui. Il ne voulait jamais rater une séance d’entraînement, même s’il avait l’anniversaire d’un copain à fêter", se souvient le paternel. "J’ai fait découvrir l’Afrique à mon fils. Mais pas en fréquentant les bons hôtels. Non, on vivait dans des conditions beaucoup moins confortables qu’en Europe, mais c’était une façon de lui montrer la chance qu’il avait de vivre dans un pays comme l’Allemagne."

Et quand Paul le Guen, alors sélectionneur des Lions, l’a appelé pour la première fois avant la Coupe du monde 2010, le nouvel attaquant de Schalke 04, auteur de 10 buts la saison dernière, n’a pas guère éprouvé de difficultés à s’habituer à l’environnement camerounais. "Les séjours avec mon père ont facilité mon adaptation", confirme-t-il aujourd’hui.

Discret et rigoureux

Choupo-Moting n’a pas été choisi par hasard vice-capitaine des Lions. Sa réputation de jeune homme discret et bien élevé le précède. "Il a une bonne image. Quand il y a eu des conflits avant la Coupe du monde à propos des primes, il a gardé ses distances. Dans le groupe, il ne pose aucun problème, il est rigoureux", explique une source proche de la Tanière. "Avec tout ce qui s’est passé pendant la préparation et au Brésil, quatre ans après le Mondial sud-africain où il y avait eu de gros problèmes, la sélection a besoin de calme, et Choupo-Moting peut contribuer à cela." Et le fait de jouer dans un gros club allemand devrait asseoir encore plus sa légitimité dans les années à venir.