Société

Guinée : huit membres d’une équipe de sensibilisation à Ebola tués dans le Sud

Par
Mis à jour le 19 septembre 2014 à 16:32

Les corps de huit personnes ont été retrouvés jeudi dans la région de N’Zérékoré (sud de la Guinée). Ils étaient tous membres d’une mission de sensibilisation au virus Ebola attaquée par les villageois.

Les autorités guinéennes n’ont pas tardé à réagir à la mort de huit membres d’une mission de sensibilisation à l’épidémie d’Ebola, le 16 septembre, dans la région de N’Zérékoré (sud de la Guinée). "Le gouvernement condamne avec la plus ferme énergie, l’assassinat de citoyens guinéens, dont des représentants de l’État dans l’exercice de leurs fonctions", peut-on lire dans un communiqué daté du jeudi 18 septembre.

"Ces crimes sont d’autant plus regrettables qu’ils interviennent au moment où la communauté internationale se mobilise pour accompagner les pays affectés dans leur lutte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola.

"Le gouvernement assure que ces actes ne resteront pas impunis et recevront la réponse judiciaire appropriée. Déjà une enquête judiciaire a été ouverte", poursuit le document.

>> Lire aussi : Viande de brousse, le goût du risque

"Toutes les personnes impliquées dans ces assassinats seront traquées et traduites devant les juridictions pour recevoir la sanction prévue par la Loi. A ce jour six (6) personnes ont déjà été interpellées. Les forces de sécurité restent déployées pour appuyer l’enquête en cours", apprend-on également.

Les corps identifiés sont ceux du premier responsable préfectoral de la santé, du directeur adjoint de l’hôpital de N’Zérékoré, du sous-préfet de la localité, du chef du centre de santé de Womey, d’un pasteur et de trois journalistes qui accompagnaient cette mission.

La délégation s’était rendue à Womey pour sensibiliser la pollution locale sur la lutte contre le virus Ebola. Selon le gouvernement, il s’en est suivi une réaction hostile des habitants de la localité suivie de jets de pierres. Huit corps ont été découverts dans une fosse de la cour de l’école primaire du village.