Politique

Ebola : des dizaines de corps découverts en Sierra Leone

| Par Jeune Afrique
Une rue de Freetown, en Sierra Leone, le 13 août 2014.

Une rue de Freetown, en Sierra Leone, le 13 août 2014. © AFP

Des dizaines de corps de victimes d’Ebola ont été retrouvés en Sierra Leone, après trois jours de confinement de la population. De l’autre côté de la frontière, au Liberia, les autorités ont quadruplé le nombre de lits destinés aux malades.

L’opération de confinement a duré trois jours et a pris fin dimanche soir. Menée dans la région ouest – comprenant la capitale, Freetown -, elle a permis, selon Sarian Kamara, la n°2 des services publics de santé en Sierra Leone, d’identifier "22 nouveaux cas" et d’enterrer "entre 60 et 70 corps ces deux derniers jours".

"L’ordre de rester à domicile a été bien respecté par la population, ce qui a permis aux équipes de campagne de sensibiliser chez elles les familles", a-t-elle estimé. Les six millions de Sierra-Léonais étaient assignés à domicile depuis vendredi pour une campagne de porte-à-porte d’une exceptionnelle envergure.

Distribution de savon

Menée par 30 000 volontaires, cette opération était destinée à informer la population sur l’épidémie qui a fait au moins 562 morts dans le pays, et 2 630 en Afrique de l’Ouest depuis le début de l’année.

Les volontaires avaient pour tâche d’expliquer la maladie et les bonnes pratiques pour l’éviter, de distribuer un savon à chacun des 1,5 million de foyers qu’ils devaient visiter, mais aussi d’alerter les services spécialisés s’ils découvraient des malades ou des morts. La pertinence de ce confinement a été contestée par des experts, qui également critiqué le manque de formation des volontaires.

Capacité de lits augmentée à Monrovia

Le Liberia, qui s’attend à une forte hausse du nombre de cas, va pour sa part porter de 250 à 1 000 le nombre de lits pour soigner les malades à Monrovia d’ici fin octobre. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déjà averti que le pays allait enregistrer "plusieurs milliers de nouveaux cas" à brève échéance.

"On refuse les patients (…) parce qu’il n’y a pas de place. C’est pourquoi le gouvernement va faire de son mieux pour disposer de mille lits afin de pouvoir accueillir tous les patients", a déclaré le ministre de l’Information, Lewis Brown. Le Liberia est actuellement le pays le plus touché par l’épidémie avec plus de 1 450 morts.

Un second groupe de militaires américains est arrivé dimanche à Monrovia dans le cadre d’une mission de 3 000 soldats destinée à aider les services de santé du pays à faire face à l’épidémie d’Ebola.

Un deuxième missionnaire espagnol contaminé

L’inquiétude que suscite cette fièvre hémorragique à travers le monde a été de nouveau illustrée ce week-end : l’Inde a annoncé le report du troisième sommet Inde-Afrique prévu à New Delhi en décembre, auquel devaient assister des représentants de 50 pays africains.

>> Lire aussi Ebola : le virus s’arrête-il vraiment aux frontières ?

L’Espagne, elle, a rapatrié de Sierra Leone un deuxième missionnaire catholique contaminé par le virus. Selon les médias espagnols, le religieux a été rapatrié dans la nuit de dimanche à lundi en avion militaire à Madrid.

Enfin, au Nigeria, la rentrée des classes a été maintenue lundi après des vacances d’été prolongées pour cause d’Ebola, qui a tué huit personnes sur 20 cas confirmés dans ce pays.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer