Défense

L’État islamique appelle à tuer des civils français et américains

| Par Jeune Afrique
Un groupe de jihadistes de l’EI dans la province de Ninive, le 11 juin 2014.

Un groupe de jihadistes de l'EI dans la province de Ninive, le 11 juin 2014. © AFP

Le porte-parole de l’État islamique a appelé lundi ses partisans à riposter aux frappes lancées par la France et les États-Unis dans le nord de l’Irak en s’en prenant à leurs ressortissants. Son mot d’ordre est clair : il faut tuer « les infidèles » et leurs alliés.

"La meilleure chose que vous puissiez faire est de vous efforcer de tuer tout infidèle, qu’il soit Français, Américain ou d’un de leurs pays alliés". Dans un message audio diffusé lundi 22 septembre et repéré par le groupe de surveillance SITE, Abou Mohamed al Adnani, le porte-parole de l’État islamique (EI), appelle au meurtre de civils français et américains.

"Si vous ne pouvez pas trouver d’engin explosif ou de munition, alors isolez l’Américain infidèle, le Français infidèle, ou n’importe lequel de ses alliés. Écrasez-lui la tête à coup de pierre, tuez-le avec un couteau, renversez-le avec votre voiture, jetez-le dans le vide, étouffez-le ou empoisonnez-le", poursuit-il. La France a mené vendredi ses premières frappes contre des cibles de l’État islamique dans le nord de l’Irak. Quant à l’aviation américaine, elle est entrée en action contre les jihadistes au début du mois d’août.

>> Lire aussi États-Unis : Obama contre le Califat

Inquiétude au Caire

Les membres des forces de sécurité égyptiennes ont aussi été la cible d’appels au meurtre. "Placez des explosifs sur les routes. Attaquez leurs bases, faites irruption à leurs domiciles. Tranchez-leur la tête. Qu’ils ne se sentent nulle part en sécurité", déclare Abou Mohamed al Adnadi dans ce communiqué. Cet appel confirme les inquiétudes exprimées ces derniers temps par le pouvoir égyptien, qui redoute les répercussions de l’émergence des jihadistes de l’État islamique en Irak et en Syrie.

>> Lire aussi État islamique : que font les États voisins de la Syrie et de l’Irak ?

Par ailleurs, quelque 100 000 Kurdes de Syrie sont arrivés en Turquie ces derniers jours, a annoncé lundi le Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR). Ils fuient la poussée des jihadistes de l’État islamique dans le nord-est de la Syrie. "Le gouvernement (turc) a annoncé le nombre des 100 000 et a confirmé" ce chiffre, a déclaré une porte-parole du HCR, Melissa Fleming.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer