Politique

Ebola : le missionnaire rapatrié en Espagne est dans un « état grave »

| Par Jeune Afrique
Le Frère Manuel Garcia Viejo lors de son rapatriement de Freetown vers l’Espagne.

Le Frère Manuel Garcia Viejo lors de son rapatriement de Freetown vers l'Espagne. © AFP

Un missionnaire catholique espagnol contaminé par le virus Ebola en Sierra Leone a été rapatrié dans la nuit de dimanche à lundi à Madrid. Selon les services médicaux, il est hospitalisé « dans un état grave ».

Frère Manuel Garcia Viejo, 69 ans, est le deuxième citoyen espagnol contaminé par le virus Ebola. Le missionnaire catholique, qui était basé en Sierra Leone, est arrivé dans la nuit du dimanche 21 au lundi 22 septembre à Madrid à bord d’un avion médicalisé de l’armée de l’air espagnole. Il a été transporté en ambulance et isolé dans un service de l’hôpital Carlos III.

>> Lire aussi Ebola : des dizaines de corps découverts en Sierra Leone

Le malade se trouve "pour le moment dans un état grave", a déclaré à la presse le docteur Francisco Arnalich, chef du service de médecine interne de l’hôpital de La Paz, dont dépend Carlos III. Il souffre d’une "importante déshydratation" et son foie et ses reins sont également touchés, a-t-il précisé. Les médecins "étudient les différentes possibilités de traitement", a ajouté le responsable du service des maladies infectieuses de l’hôpital, José Ramon Arribas.

Le patient ne pourra pas être traité avec le sérum ZMapp – qui n’a pas fait l’objet d’essais cliniques mais a été administré à titre compassionnel à plusieurs personnes infectées par le virus Ebola – car les stocks sont "épuisés dans le monde entier", a-t-il rappelé. Les médecins envisagent donc d’autres alternatives : lui administrer un sérum provenant "d’un patient convalescent, ce qui a été fait avec d’autres patients atteints par l’Ebola", ou "d’autres alternatives thérapeutiques expérimentales", à condition que Manuel Garcia donne son consentement, a expliqué José Ramon Arribas.

En Afrique depuis 30 ans

Équipé d’une chambre d’isolement, l’avion Hercules C-130 était parti dimanche matin de Madrid pour Freetown, en Sierra Leone, d’où il avait redécollé en fin de journée. Directeur depuis 12 ans d’un hôpital dans la ville de Lunsar, Frère Manuel Garcia Viejo avait exprimé le désir d’être transféré en Espagne après avoir été testé positivement au virus Ebola. Médecin spécialisé en médecine tropicale, ce missionnaire est membre de l’Ordre hospitalier de San Juan de Dios, un ordre catholique qui gère l’association caritative Juan Ciudad travaillant avec les victimes d’Ebola. Il travaillait en Afrique depuis 30 ans.

>> Lire aussi Ebola : le virus s’arrête-il vraiment aux frontières ?

En août, un prêtre espagnol de 75 ans, Miguel Pajares, avait été le premier Européen atteint d’Ebola à être rapatrié en Europe, puis le premier Européen à succomber au virus. Contaminé au Liberia, ce missionnaire avait été rapatrié à Madrid et placé en isolement dans le même hôpital que Manuel Garcia. Depuis, d’autres étrangers contaminés dans l’ouest de l’Afrique ont été transportés vers leurs pays d’origine. Dernière en date, une infirmière française, volontaire de Médecins sans frontières, contaminée au Liberia et rapatriée en France dans la nuit de jeudi à vendredi.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer