Économie

Le Maroc va investir 4,6 milliards de dollars dans son développement gazier

Le Maroc va lancer un projet de développement du gaz naturel liquéfié (GNL) d’un montant de plusieurs milliards de dollars, afin de renforcer son mix énergétique, au côté des énergies renouvelables.

Par
Mis à jour le 18 décembre 2014 à 11:14

Le royaume compte investir d’ici à 2021, date de mise en service des futures infrastructures gazières, un total de 4,6 milliards de dollars, a déclaré à la presse le ministre de l’Énergie, Abdelkader Amara, le 16 décembre.

Alors que la demande devrait croître sensiblement au cours des prochaines années, assurer les besoins du pays en électricité est une course contre-la-montre, a fait valoir le directeur général de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), Ali Fassi Fihri. À terme, le Maroc espère ainsi produire 2 700 mégawatts d’électricité à partir du GNL.

Alternatives

Par ce projet, le gouvernement marocain, qui vient de supprimer les subventions sur le fioul industriel et le gasoil dans le cadre de ses efforts pour réduire le déficit public, compte également offrir plus d’alternatives aux industriels, a encore relevé Abdelkader Amara.

Enfin, une phase ultérieure, dont les contours ne sont pas encore connus, consistera à raccorder directement les consommateurs marocains à un futur réseau gazier, en lieu et place des bouteilles de gaz. « Cette phase viendra quand nous aurons optimisé l’utilisation industrielle », a expliqué le ministre.

Lire aussi :

Pétrole : l’australien Woodside débarque au Maroc

Hydrocarbures : poker menteur au Maroc

Le fonds souverain de la Norvège se tourne vers Casablanca

Dans le cadre de ce programme, un projet de terminal de GNL doit notamment voir le jour d’ici à cinq ans sur le site de Jorf Lasfar, près d’El Jadida (ouest).

Besoins

Plus gros importateur d’énergie de la région Moyen-Orient et Afrique du nord, le Maroc s’est par ailleurs lancé au cours des dernières années dans un vaste programme de développement des énergies renouvelables, qui doivent lui permettre de couvrir 42% de ses besoins en 2020.

Il mise à la fois sur le solaire et l’éolien, et le plus grand parc éolien du continent (131 turbines, 301 MW) vient d’entrer en service à Tarfaya (sud-ouest). Le coût total des différents projets en matière d’énergies renouvelables est estimé à 13,1 milliards de dollars, soit 60 % des investissements en énergie du Maroc jusqu’en 2020.

Voir ci-dessous le document de présentation du ministère marocain de l’Énergie

Plan National Marocain de Developpement Du Gaz Naturel Liquefie Gnl

(Avec AFP)