Politique

Tunisie : soixante-dix candidats déclarés pour la présidentielle du 23 novembre

| Par AFP
Moncef Marzouki le 20 septembre 2014 à Tunis.

Moncef Marzouki le 20 septembre 2014 à Tunis. © AFP

Soixante-dix personnes ont d’ores et déjà déposé un dossier de candidature à la présidentielle tunisienne, qui aura lieu le 23 novembre. La liste définitive des participants ne sera connue que le 25 octobre.

Soixante-dix personnes ont déposé un dossier de candidature à la présidentielle du 23 novembre en Tunisie, a indiqué, mardi 23 septembre, l’instance chargée d’organiser le scrutin (ISIE).

Celle-ci qui doit passer en revue leur conformité avant d’annoncer la liste des candidats. "Nous examinerons tous ces dossiers d’ici vendredi et afficherons ensuite la liste des candidats" dont les dossiers répondent aux conditions fixées par la loi, a-t-il ajouté.

>> Lire aussi : "Tunisie : le président Marzouki candidat à sa réélection"

La liste définitive ne sera cependant connue que le 25 octobre, lorsque les délais de recours en justice auront expiré. Pour voir son dossier approuvé, un candidat doit notamment fournir les parrainages d’au moins 10 députés ou ceux de 10 000 Tunisiens répartis dans au moins dix circonscriptions.

Une première historique

À l’exception du parti islamiste Ennahdha, qui a décidé de ne pas présenter de candidat mais de soutenir une personnalité "consensuelle", l’essentiel des ténors de la vie politique tunisienne ont voulu se présenter à cette présidentielle même si le chef de l’Etat ne dispose que de pouvoirs restreints.

Le président sortant Moncef Marzouki, le président de la Constituante, Mustapha Ben Jaafar, l’ex-Premier ministre Béji Caïd Essebsi, deux anciens ministres du régime déchu de Zine El Abidine Ben Ali, un ancien gouverneur de la Banque centrale, des hommes d’affaires, des chefs de partis et une femme juge ont notamment déposé leurs dossiers.

>> Lire aussi : "Tunisie : Ennahdha ne présentera pas de candidat à la présidentielle"

La présidentielle est précédée le 26 octobre par des législatives dont les favoris sont les islamistes d’Ennahdha bien que ceux-ci, face à une crise politique majeure, ont dû renoncer au pouvoir début 2014 et laisser la place à un gouvernement apolitique.

C’est la première fois que les Tunisiens sont convoqués aux urnes pour élire leur chef de l’Etat depuis la révolution de décembre 2010-janvier 2011. Moncef Marzouki avait en effet été élu fin 2011 par les députés de la Constituante.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer