Politique

Soudan, Qatar, Turquie… : qui arme les islamistes libyens ?

| Par Jeune Afrique
Des cartouches de mitrailleuses jonchent le sol, près de l’aéroport de Tripoli, le 21 août 2014.

Des cartouches de mitrailleuses jonchent le sol, près de l'aéroport de Tripoli, le 21 août 2014. © [Mahmud Turkia/AFP

Le gouvernement libyen soupçonne le Soudan de faciliter le transport des armes fournies par le Qatar aux milices islamistes. La Turquie serait aussi un allié de poids de ces dernières.

Le gouvernement du Premier ministre Abdallah el-Thinni soupçonne fortement le Soudan de livrer des armes et des mercenaires aux milices islamistes et jihadistes. "Aux portes de la Libye, le régime d’Omar el-Béchir est le cheval de Troie du Qatar", estime un diplomate du "groupe des six" pays frontaliers (Tunisie, Algérie, Niger, Tchad, Soudan et Égypte).

>> Lire aussi : État islamique, naissance d’un monstre de guerre (#1)

Par ailleurs, la France souhaite que ledit groupe des six mette la pression sur le Qatar et la Turquie pour qu’ils cessent d’armer les islamistes. Problème : les voisins de la Libye estiment que c’est aux Occidentaux de le faire.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer