Politique

Terrorisme au Mali : identification de Meherig Djafar, le coup de pouce d’Interpol

| Par Jeune Afrique
Un lecteur d’empreinte digitale.

Un lecteur d'empreinte digitale. © AFP

La récente identification au Mali du jihadiste algérien Meherig Djafar démontre l’importance de la technologie dans la lutte contre le terrorisme.

C’est grâce à un lecteur d’empreintes fourni à la police malienne par la cellule antiterroriste d’Interpol et installé en août à Bamako par une petite équipe de spécialistes que le jihadiste algérien Meherig Djafar, dont la participation à l’attaque terroriste contre le site gazier d’In Amenas en janvier 2013 est considérée comme probable, a pu être identifié, début septembre.

>> Lire aussi : Maroc – Espagne : neuf jihadistes liés à l’État islamique arrêtés

Arrêté par des combattants touaregs puis livré aux forces françaises qui l’ont ensuite remis aux gendarmes maliens, Djafar croupissait dans une prison de Bamako sous la fausse identité d’un berger. Les autorités algériennes ont d’ores et déjà demandé l’extradition de ce proche lieutenant de Mokhtar Belmokhtar.

En visite le 11 septembre au siège d’Interpol, à Lyon, une délégation sécuritaire malienne conduite par le député Karim Keïta (président de la commission de défense à l’Assemblée nationale et fils d’IBK) a plaidé pour la mise en place au sein de la police d’un système biométrique AFIS (Système d’identification automatique des empreintes), maillon indispensable de la lutte antiterroriste.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer