Santé

Guinée – Koutoub Moustapha Sano : « Jusqu’en juillet, l’Arabie était prête à accueillir nos pèlerins »

| Par
Koutoub Moustapha Sano espère que les quotas de guinéens seront augmentés l’année prochaine.

Koutoub Moustapha Sano espère que les quotas de guinéens seront augmentés l'année prochaine. © Youri Lenquette pour J.A.

Conakry a accepté l’interdiction faite à ses ressortissants de se rendre à La Mecque. Et espère que les quotas seront augmentés l’an prochain.

L’annulation de la participation au hajj des ressortissants de pays touchés par l’épidémie d’Ebola concerne surtout la Guinée, où 85 % de la population est musulmane. Fort de sa casquette d’ancien secrétaire général aux Affaires religieuses, Koutoub Moustapha Sano est l’interlocuteur privilégié des autorités saoudiennes.

Jeune Afrique : La Guinée ne participera pas au hajj cette année. Avez-vous été surpris par la décision saoudienne ?

Koutoub Moustapha Sano : Non, car tout au long de l’année nous sommes restés en contact étroit avec Riyad. Début avril, les autorités saoudiennes ont décidé de suspendre l’octroi de visas aux ressortissants des trois pays frappés par l’épidémie d’Ebola, dont la Guinée.

Comment gérez-vous la déception des pèlerins ?

Il y aura inévitablement des déçus, car c’est un moment important dans la vie d’un musulman. Mais nous avons fait un effort considérable pour sensibiliser toutes les personnes concernées, qui sont près de 10 000. La population comprend qu’il serait égoïste de mettre en danger la santé de millions de pèlerins. Après l’affaire de l’étudiant guinéen au Sénégal [porteur du virus, il s’était rendu à Dakar fin août], nous devons démontrer notre sens des responsabilités.

Comment les Saoudiens appréhendent-ils cette situation ?

Nous avons eu affaire à des interlocuteurs professionnels et respectueux. Jusqu’en juillet, l’Arabie saoudite était prête à accueillir nos pèlerins, à condition que l’OMS [l’Organisation mondiale de la santé] déclare l’épidémie terminée. J’étais encore à Djeddah alors. Nous espérons que le problème sera derrière nous l’an prochain, et que le quota de pèlerins guinéens sera augmenté pour inclure ceux qui ne sont pas partis cette année. Cette mesure exceptionnelle a déjà été prise par le passé.

___________

Propos recueillis par Youssef Aït Akdim

>> Retour au sommaire du dossier spécial hajj

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer