Politique

Génocide rwandais : visés par deux enquêtes, un Suédois et un Rwandais entendus en Suède

La justice suédoise a arrêté mercredi un Suédois d’origine rwandaise et un Rwandais dans le cadre d’une double enquête sur leur éventuelle participation au génocide de 1994. Selon des sources judiciaires, les deux suspects nient toute implication dans ce massacre.

Par
Mis à jour le 25 septembre 2014 à 10:17

Une cérémonie en hommage aux victimes du génocide rwandais, le 3 avril 2014 à Kigali. © AFP

"Soupçonnés de génocide, deux hommes ont été arrêté et sont actuellement entendus" en Suède. Tora Holst, la procureur en charge du dossier, a confirmé, le 24 septembre, qu’il s’agissait d’un Suédois d’origine rwandaise et d’un Rwandais. ""Ils sont visés par deux enquêtes et tous deux nient", a-t-elle précisé.

L’un est né en 1955, et a été naturalisé suédois. L’autre, né en 1962 et de nationalité rwandaise, réside légalement en Suède. Selon la radio publique SR, l’un des suspects a été arrêté dans le centre du pays et l’autre dans le nord.

"Rien à voir" avec l’affaire Mbanenande

En juin, la justice suédoise avait confirmé en appel la première condamnation pour génocide de son histoire, avec une peine de perpétuité pour un Rwandais naturalisé suédois. Ingénieur et instituteur, Stanislas Mbanenande, 55 ans, avait été en effet reconnu coupable d’avoir "eu un rôle de commandement à un bas niveau" dans cinq massacres commis dans l’ouest du Rwanda. Des témoins l’avaient accusé de s’être comporté en chef de milice armé et portant des tenues militaires.

Mais "les enquêtes en cours n’ont rien à voir avec cette affaire", a affirmé la procureure Tora Holst qui doit se prononcer quant à l’incarcération de deux suspects d’ici le 25 septembre.

>> Lire aussi : "L’histoire et les causes originelles du génocide vont bien au-delà du Rwanda", selon Paul Kagamé

(Avec AFP)