Sport

RDC – Kimwaki (TP Mazembe) : « Ne pas laisser Sétif respirer »

| Par
Kimwaki a été confirmé capitaine des Corbeaux par Carteron en avril 2014.

Kimwaki a été confirmé capitaine des Corbeaux par Carteron en avril 2014. © tpmazembe.com

Même s’il conserve toutes ses chances de disputer la finale de la Ligue des champions, le TP Mazembe, battu (1-2) par les Algériens de Sétif le 20 septembre, n’est pas forcément en ballotage favorable avant le match retour dimanche à Lubumbashi. Mais l’international congolais Joël Kimwaki, capitaine des Corbeaux, se montre relativement optimiste.

Jeune Afrique : Avez-vous l’impression d’avoir raté le match aller à Sétif ?

Joël Kimwaki : C’est une rencontre que nous n’aurions jamais dû perdre. On ouvre le score, on se procure beaucoup d’occasions d’inscrire un second but, nous commettons deux erreurs défensives qui permettent aux algériens d’égaliser puis de s’imposer. Et nous avons ressenti l’arbitrage comme une véritable trahison. Mais maintenant, il ne faut plus penser à ce match, et se tourner vers celui de dimanche.

Patrice Carteron, votre entraîneur, était-il en colère ?

Oui, et c’est normal. Il n’était pas content de la façon dont nous avons perdu ce match. Mais il a aussi beaucoup parlé à nos attaquants, sur lesquels nous comptons beaucoup pour nous qualifier. Il a aussi regretté les buts un peu bêtes que nous avons encaissés. Et puis, nous avons été un peu surpris par Sétif, qui a su profiter de nos erreurs. Mais je suis convaincu que nous avons tous les arguments pour nous qualifier.

>> Lire aussi : L’AS Vita Club monte en puissance face au TP Mazembe

Lors du second tour qualificatif face aux Ivoiriens du Séwé Sports, vous aviez perdu le match aller (1-2) avant de vous qualifier au retour (1-0). C’est un peu la même configuration…

Oui, sauf que Sétif me semble être une équipe un peu moins forte que le Séwé. Et puis, il ne faut jamais oublier que les clubs nord-africains éprouvent toujours beaucoup de difficultés quand ils viennent chez nous. Cette saison, on l’a vu avec les Egyptiens du Zamalek, qui ont perdu chez nous (0-1).

Vous attendez-vous à ce que Patrice Carteron procède à des changements ?

Non, je ne le pense pas. Il va faire confiance à ceux qui étaient à Sétif. C’est un autre match qui commence. Ce que nous devons faire, c’est marquer très vite, ne pas laisser les Algériens respirer. Il ne faut pas qu’ils puissent marquer, car cela compliquerait notre tache. Je pense qu’ils vont venir pour défendre. Et nous devrons leur mettre tout de suite la pression, les prendre à la gorge. Tout le monde disait que Mazembe est le favori de cette demi-finale et de la Ligue des Champions. C’est à nous de le montrer…

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer