Défense

Maroc – Espagne : neuf jihadistes liés à l’État islamique arrêtés

| Par Jeune Afrique
De 1 500 à 2 000 jihadistes marocains combattent actuellement en Syrie et en Irak.

De 1 500 à 2 000 jihadistes marocains combattent actuellement en Syrie et en Irak. © AFP

Une cellule liée aux jihadistes de l’État Islamique, basée dans l’enclave espagnole au Maroc de Melilla et la ville voisine marocaine de Nador, a été démantelée, a annoncé vendredi  le ministère marocain de l’Intérieur.

Une opération menée par les polices espagnoles et marocaines a permis l’arrestation de neuf membres présumés d’une cellule liée aux jihadistes de l’État islamique, basée dans l’enclave espagnole au Maroc de Melilla et la ville voisine marocaine de Nador.

"Les forces de sécurité des deux pays ont démantelé une cellule terroriste dont les membres étaient actifs à Nador et Melilla dans le but de recruter des combattants pour le compte de l’organisation État islamique en Syrie et en Irak", a affirmé le ministère marocain de l’Intérieur dans un communiqué.

"Cette cellule agissait comme une réelle milice terroriste, avec des entraînements physiques spéciaux et l’adoption de strictes mesures de sécurité pour échapper à la police", poursuit le communiqué.

>> Lire aussi : Le FBI connaît l’identité du bourreau cagoulé de James Foley et Steven Sotloff

Huit membres du groupe ont été arrêtés à Nador et son chef présumé, un Espagnol d’origine marocaine, à Melilla où il résidait. Ils doivent être déférés rapidement devant la justice.

"L’enquête a démontré qu’ils étaient contact avec les membres de deux cellules terroristes démantelées en mai 2013 dans la région de Nador, en lien avec les activités d’al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans le nord du Mali", selon le ministère marocain.

"Le groupe s’appuyait sur l’expérience jihadiste du frère du chef de la cellule démantelée, un ex-militaire espagnol spécialiste en maniement d’armes et d’explosifs, qui avait rejoint en 2012 le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’ouest (Mujao) présent au Mali", a ajouté le ministère espagnol.

"Ce jihadiste combattrait actuellement dans les rangs de l’État islamique en Syrie et en Irak, et faisait fonction de coordinateur de la structure désormais désarticulée", ajoute ce ministère.

>> Pour aller plus loin : Sur les routes du jihad pour la Syrie ou l’Irak

De 1 500 à 2 000 jihadistes marocains combattent actuellement en Syrie et en Irak, selon Rabat qui dit craindre qu’ils profitent de cette expérience pour perpétrer des attentats à leur retour.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer