Diplomatie

Immunité routière pour diplomates africains à New York ?

Le montant des contraventions impayées par les diplomates à New York est de 12,5 millions d'euros. © TIMOTHY CLARY / AFP

Les Africains occupent une place de choix dans le classement des diplomates qui paient le moins leurs contraventions à New York.

Le Wall Street Journal a publié la liste des 180 pays dont les diplomates ne paient pas leurs contraventions pour stationnement abusif à New York. Ils doivent à la ville la bagatelle de 16 millions de dollars (12,5 millions d’euros). Les Africains y occupent une place de choix. En tête de ces mauvais payeurs, l’Égypte, qui a collectionné 17 500 contraventions pour 1,97 million de dollars d’impayés.

Elle est suivie du Nigeria (7 600 pour 895 000 dollars), de l’Indonésie (6 000 pour 739 000 dollars), du Brésil (5 300 pour 603 000 dollars) et du Maroc (5 300 pour 584 000 dollars). Si l’on ajoute le Sénégal, à la septième place de l’incivisme, le Soudan à la huitième et l’Angola à la neuvième, six pays africains figurent dans le top 10. Les réactions des chancelleries à ce classement vont du "no comment" à la promesse de payer, en passant par "les personnes en cause ont quitté les États-Unis".

À vrai dire, ces dettes ont été contractées avant 2002 pour la plupart. Cette année-là, Michael Bloomberg, alors maire de New York, a décidé de ne pas renouveler les plaques "corps diplomatique" des mauvais payeurs, et ceux-ci sont rentrés dans le rang. Les Égyptiens n’ont ainsi cumulé depuis "que" 5 000 dollars d’amendes. Ils stationnent toujours n’importe où, mais ils paient.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte