Politique

Centrafrique : Samba-Panza conteste le détournement d’une partie du don de l’Angola

Sous pression après les révélations de « Jeune Afrique » sur sa gestion opaque du don de 10 millions de dollars accordé par l’Angola, Catherine Samba-Panza s’est voulue rassurante. « Nous avons réglé ce problème », a déclaré mercredi la présidente de la transition centrafricaine.

Par
Mis à jour le 2 octobre 2014 à 16:33

De retour des États-Unis où elle a assisté à l’Assemblée générale des Nations unies, la présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, s’est exprimée mercredi 1 octobre au sujet de la gestion "pour le moins opaque" d’un don de 10 millions de dollars accordé par l’Angola.

Cette déclaration fait suite aux révélations de Jeune Afrique paru le 29 septembre, selon lesquels un quart de cette somme n’est pas entré dans les caisses de l’État.

>> Lire aussi : Samba-Panza, dos Santos et les 10 millions de dollars

Samba-Panza a affirmé avoir rassuré à ce sujet la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI). "Nous avons réglé ce problème" a affirmé la présidente, indiquant avoir proposé aux deux institutions financières d’"envoyer un audit pour venir voir si ces fonds ont été détournés ou mal utilisés".

"Nous sommes en démocratie et toutes les opinions sont (…) permises et peuvent s’exprimer. Cela dit, j’ai pour principe de laisser les choses mourir de leur propre poison, j’avance. Je me suis engagée avec détermination pour essayer d’apporter ma contribution au relèvement de mon pays, rien ne m’arrêtera", a-t-elle encore affirmé.

"J’ai besoin qu’au-delà de tout ce qui se raconte, ma population continue à espérer en moi, parce que c’est elle qui m’a permis d’être là où je suis, et je me battrai pour répondre à ses espérances", a-t-elle ajouté.

L’Angola avait annoncé début mars l’octroi d’une aide de 10 millions de dollars à la Centrafrique pour "soutenir le fonctionnement du gouvernement de transition et répondre à la crise humanitaire en cours".

(Avec AFP)