Politique

Égypte : un groupe jihadiste publie une nouvelle vidéo de décapitation d’otages

Ansar Beït al-Maqdess, traduisez les Partisans de Jérusalem, a revendiqué dimanche l’exécution de quatre hommes, dont trois par décapitation. Le groupe jihadiste égyptien, qui a ensuite publié la vidéo de ces assassinats sur internet, accuse ses victimes d’avoir collaboré avec Israël.

Par
Mis à jour le 6 octobre 2014 à 10:11

Des soldats égyptiens sur le site d’une attaque à al-Wadi al-Gadid, le 20 juillet 2014. © AFP

En moins de deux mois, le groupe terroriste égyptien Ansar Beït al-Maqdess (les Partisans de Jérusalem) a publié à deux reprises sur les réseaux sociaux des images d’exécution de personnes accusées d’être des espions de l’armée égyptienne ou du Mossad israélien. Le 5 octobre, le groupe jihadiste a diffusé sur son compte Twitter une vidéo montrant l’assassinat de quatre hommes, dont trois par décapitation.

Dans l’extrait publié, l’exécution des quatre hommes est précédée par une mise en scène de confession de ces derniers qui affirment avoir travaillé pour l’armée égyptienne ou les services de renseignements israéliens. Apparaissent ensuite des images d’un discours délivré mi-septembre par le porte-parole de l’État islamique (EI), Abou Mohammed al-Adnani, appelant les jihadistes du Sinaï à tuer les forces de sécurité égyptiennes.

>> Lire aussi : jihadistes de tous les pays…

Ansar Beït al-Maqdess soutient l’EI

Ansar Beït al-Maqdess n’a cependant pas encore fait allégeance à l’EI, même si à plusieurs reprises, ce groupe islamiste armé, qui mène régulièrement des attentats visant les forces de l’ordre égyptiennes, a affirmé soutenir les hommes d’Abou Bakr Al-Baghdadi, qui ont décapité ces dernières semaines quatre otages occidentaux enlevés en Syrie.

Avant la chute Mohamed Morsi en juillet 2013, Ansar Beït al-Maqdess, créé en 2011 par des Égyptiens, prenait principalement pour cible Israël en attaquant les gazoducs approvisionnant ce pays.

>> Lire aussi : Ansar Beït al-Maqdess menace Sissi

Mais depuis la destitution du président islamiste, ce groupe a revendiqué la plupart des attaques spectaculaires ayant visé des policiers et soldats, affirmant agir en représailles à la sanglante répression qui s’est abattue sur les islamistes.

(Avec AFP)