Immigration

Congo-Brazzaville : le parti de Denis Sassou Nguesso fait le plein de sièges aux locales

Le président congolais Denis Sassou Nguesso le 15 juillet 2010 à Brazzaville. © Guy-Gervais Kitina / AFP

Le Parti congolais du travail (PCT) et ses alliés remportent les élections locales du 28 septembre et conservent ainsi leur hégémonie au Sénat, selon un communiqué du ministère de l'Intérieur lu à la radio publique.

Les résultats du scrutin du 28 septembre sont donc tombés. Le Parti congolais du travail (PCT) au pouvoir et ses alliés raflent 820 des 860 sièges de conseillers départementaux ou municipaux.

L’opposition à l’exception de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads) qui a emporté 40 sièges, avait appelé au boycott du scrutin.

Partout dans le pays on a noté une faible affluence dans les bureaux de vote. Dans la capitale, à l’issue du dépouillement, le taux de participation était apparu légèrement supérieur à 26%. 

Un signal pour 2016 ?

La Constitution actuelle prévoit que Denis Sassou Nguesso, à la tête de l’État congolais de 1979 à 1992 puis sans discontinuer depuis 1997, devra quitter le pouvoir en 2016.

Alors que l’opposition lui prête l’intention de modifier la Constitution afin de briguer un nouveau mandat présidentiel cette année-là, le président ne s’est quant à lui pas prononcé sur la question.

Les résultats des élections locales donnent cependant un levier de pouvoir supplémentaire au PCT dans l’optique de la présidentielle de 2016. En effet, les conseillers élus forment le collège des grands électeurs qui sera chargé le 12 octobre de renouveler la moitié des 72 sièges du Sénat.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte