Actualités

Chômage des jeunes, économie informelle… Le travail en Afrique face aux défis du futur

Par  | 

Plusieurs dizaines de représentants d’employeurs et de salariés ont fait parvenir au Bureau international du travail, qui tient une réunion ces 6 et 7 avril à son siège de Genève, leurs préconisations pour améliorer le futur de l’emploi sur le continent, encore très informel et précaire.

La démographie est implacable. Du fait de la prodigieuse natalité africaine, un travailleur sur cinq en 2050 sera africain. Sur les 600 millions d’emplois qui devront être créés d’ici 2030, une bonne part devra émerger entre Le Cap et le Caire.

C’est dire la place qu’occupe le continent dans la réflexion que mène l’Organisation internationale du travail (OIT) sur l’avenir des emplois depuis deux ans, avec son centenaire de 2019 en ligne de mire.

L’ambition : dépoussiérer une organisation parfois vue comme une machine à rapports éloignée du terrain, « donner la parole à nos mandants [les États qui financent en grande partie l’OIT], et émettre des recommandations ancrées dans la réalité », comme l’explique Nicolas Niemtchinow, ancien ambassadeur français auprès de l’Office des Nations unies à Genève, et conseiller spécial pour l’Initiative sur l’avenir du travail depuis novembre 2015, au sein du secrétariat de l’OIT, son bras exécutif.

Message reçu cinq sur cinq sur le continent. Ils sont nombreux, États, représentants d’employeurs et de salariés, à avoir procédé aux dialogues nationaux auxquels ils avaient été invités voilà presque deux ans par le directeur général du Bureau international du travail (BIT), le syndicaliste britannique Guy Ryder, élu à ces fonctions en 2012.

Économie informelle

Sur les 160 pays qui avaient répondu favorablement à la démarche prospective, seuls 80 ont pour l’heure envoyé le compte-rendu de leurs réflexions, ces « dialogues nationaux » qui se sont étalés sur des durées variables allant d’un jour à plusieurs semaines, pour les plus consciencieux.

Trente de ces compte-rendus viennent d’Afrique, qui émettent des avis variés sur le rôle que le travail pourra jouer et les règles qui pourront s’y appliquer. « Le travail comme un moyen de survie, le poids de l’informalité, l’emploi des jeunes, l’importance du dialogue social sont récurrents », énumère Nicolas Niemtchinow.

Des critères qui s’appliquent à une même réalité, comme l’explique Édouard Ladouyou, chef du département des ressources humaines à la Confédération ivoirienne des entreprises de Côte d’Ivoire, qui représente 1 500 entreprises privées. « Les marchés de l’emploi africains ont en commun des taux d’informalité très élevés, jusqu’à 90%, et des emplois globalement très précaires », explique-t-il.

Croire en la jeunesse

Côté chômage, celui-ci demeure très haut et mal mesuré. « De 50 à 55% parmi ceux qui ont un diplôme« , estime par exemple Mamadou Saliou Diallo, secrétaire général de l’Organisation nationale du syndicat libre de Guinée (ONSLG), qui revendique 23 752 salariés affiliés.

« Le futur du travail africain, ce n’est pas à Genève ou dans les métropoles occidentales qu’il peut émerger, prévient Youssouf Maiga, un expert indépendant basé au Burkina. C’est sur les artères africaines où l’on voit partout des dizaines de réparateurs de téléphones et des mécaniciens improvisés sans aucune formation. Pour eux, il faut imaginer des formes de certification et une valorisation du savoir-faire et des acquis ».

Les idées de ce genre pullulent parmi les participants africains : limiter les embauches clientélistes, ne pas être effrayé par les technologies, croire en la jeunesse, adapter les formations… Et surtout aboutir à des solutions applicables partout, « de la Silicon Valley à la Vallée du Nil », a plaidé Guy Ryder ce 6 avril. Fin de l’exercice en 2019.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Togo

| Banque-Finance-Assurance
logo JA3080P084 AFRICSEARCH  

AFRICSEARCH RECRUTE POUR LA BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DES ÉTATS DE L’AFRIQUE CENTRALE (BDEAC), DANS LE CADRE DU RENFORCEMENT DE SON ÉQUIPE :

EXPERT EN PLANIFICATION ET EN STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT H/F

MISSIONS

L’Expert en Planification et en Stratégie de Développement est chargé de la planification et du développement de la banque pour assurer l’efficacité des processus de décision au travers de l’analyse et la disponibilité de l’information.

ACTIVITÉS SPÉCIFIQUES • Au titre de la Planification Stratégique • Définir, planifier, réaliser et contribuer à la mise en oeuvre et au suivi des études économiques de la Banque ; • Suivre les orientations et les programmes de développement économique des pays de la CEMAC ; • Définir des objectifs précis et opérationnels de développement de la Banque en impliquant l’ensemble des acteurs concernés ; • Piloter le programme de développement de la Banque : animation, coordination, validation, respect des échéances, etc. ; • Construire un projet consensuel en précisant les actions prévues, l’échéancier de réalisation ainsi que le plan de financement et de développement ; • Au titre des Etudes • Piloter le programme des études économiques et stratégiques à mener, en identifiant les domaines prioritaires et s’assurer qu’ils sont conformes aux priorités opérationnelles de la Banque ; • Élaborer et rédiger pour chaque pays membre de la CEMAC, des fiches économiques sous forme de fiches de synthèse économiques ; • Contribuer à la réalisation d’études d’impact économique et social des projets financés et à la formulation des stratégies d’intervention et politiques opérationnelles de la Banque ; • Instaurer un cadre de large partage avec le personnel de la Banque à travers la présentation, fiches et notes d’information à l’intention des agents sur les dossiers d’actualité à caractère économique ou d’intérêt pour la Banque. • Au titre de la Statistique : • Collecter les données statistiques relatives à la zone d’intervention de la Banque et à l’environnement économique international ; • Alimenter et de mettre à jour les bases de données micro et macroéconomiques nécessaires aux opérations de la Banque ; • Établir sur la base des projections macroéconomiques des Etats membres de la Banque centrale et des autres institutions multilatérales, des analyses macroéconomiques et de la viabilité de la dette pour chaque Etat membre ; • Contribuer à la production des publications permanentes de la Banque, notamment le Rapport annuel et le Rapport du Président à la Conférence des Chefs d’Etats de la CEMAC ; • Au titre du Suivi des Indicateurs d’Impact Socio-Economiques des Projets et des Programmes : • Définir pour chaque projet et programme financé par la Banque, les indicateurs d’impacts socio-économiques permettant de démontrer, sur la base des données chiffrées, l’impact effectif de l’intervention de la Banque sur l’économie nationale et l’amélioration du cadre de vie des populations ; QUALIFICATIONS & COMPÉTENCES • Avoir un diplôme universitaire niveau Bac + 5 dans les domaines des sciences économiques ou de l’Ingénierie Statistique économique ; • Avoir au moins sept (07) ans d’expérience à un poste d’Expert ou équivalent dans le domaine des études économiques ; • Disposer de connaissances en matière de modélisation économique ; • Connaissance du mode de fonctionnement des institutions financières internationales ; • Bonne maîtrise de l’une des quatre langues : Français, Anglais Arabe ou Espagnol. DOSSIER DE CANDIDATURE • Un CV et une demande manuscrite faisant ressortir la motivation du candidat pour le poste ; • Deux photos d’identité, format 4 x 4 ; • Un extrait de casier judiciaire datant de moins de trois mois et un certificat de nationalité ; • Des copies certifiées conformes des diplômes d’enseignement supérieur ; • Un certificat de travail attestant des emplois antérieurs et un extrait d’acte de naissance.  

Pour postuler : Les candidats peuvent postuler en ligne à l’adresse infotg@africsearch.com ou au sein du cabinet AFRICSEARCH TOGO sis à NYEKONAKPOE au 63 Boulevard du 13 janvier 81793 Lomé – TOGO. Tél. : +228 22 20 21 04. Date limite de dépôt des candidatures, le Vendredi 31 Janvier 2020 à 18h00 TU.N.B. : Seul(e)s les candidat(e)s présélectionné(e)s seront contacté(e)s par téléphone ou par e-mail.

Le descriptif du poste est disponible avec plus de détails sur le site web du cabinet www.africsearch.com   AFRICSEARCH
2020-01-20 15:39:02
full-time
France

logo JA3080P083 IOF L’Organisation internationale de la Francophonie regroupe 54 Etats et gouvernements membres, 7 associés et 27 observateurs répartis sur les cinq continents, rassemblés autour du partage d’une langue commune : le français. Consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et de valeurs universelles, elle oeuvre au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable. L’ORGANISATION RECRUTE POUR LE POSTE SUIVANT : • Directeur(trice) de la langue française et de la diversité des cultures francophones - jusqu’au 05/02/2020 Ce poste est basé à Paris. Les personnes intéressées peuvent consulter le descriptif détaillé à l’adresse : https://www.francophonie.org/recrutements-291 OIF
2020-01-20 15:31:38
full-time
France

logo JA3080P083 IOF L’Organisation internationale de la Francophonie regroupe 54 Etats et gouvernements membres, 7 associés et 27 observateurs répartis sur les cinq continents, rassemblés autour du partage d’une langue commune : le français. Consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et de valeurs universelles, elle oeuvre au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable. L’ORGANISATION RECRUTE POUR LE POSTE SUIVANT : • Directeur(trice) des Affaires politiques et de la gouvernance démocratique - jusqu’au 05/02/2020 Ce poste est basé à Paris. Les personnes intéressées peuvent consulter le descriptif détaillé à l’adresse : https://www.francophonie.org/recrutements-291 OIF
2020-01-20 15:28:59
full-time
Fermer

Je me connecte