Politique

Centrafrique : calme précaire à Bangui après plusieurs jours de violences

Le Premier ministre centrafricain, Mahamat Kamoun, avait appelé dimanche soir la population à reprendre ses activités.

Par
Mis à jour le 13 octobre 2014 à 15:38

File d’attente à une station service le 12 octobre 2014 à Bangui. © AFP

La légère reprise des activités amorcée dimanche en fin d’après-midi s’est confirmée lundi 13 octobre à Bangui. Malgré une pluie diluvienne, de nombreux piétons marchaient également sur les principales avenues de la capitale, survolée en permanence par des hélicoptères des forces internationales, pour se rendre au travail ou au marché.

Mais si les marchés, magasins et quelques grossistes ont rouvert, la plupart des banques et certaines administrations sont restées fermées, de nombreux Banguissois hésitant encore à reprendre le travail. Le Premier ministre centrafricain, Mahamat Kamoun, avait appelé dimanche soir la population à reprendre ses activités dès lundi.

La nuit de dimanche à lundi a été nettement plus calme que les précédentes, seuls quelques tirs sporadiques d’origine indéterminée étant entendus. Quelques barricades érigées la semaine dernière par des manifestants étaient toujours visibles, empêchant notamment bus et taxis de se rendre vers l’aéroport. Quelques motos-taxis qui ont tenté de passer ont été confisqués, d’après des témoins.

Un Casque bleu tué

Un avion de la compagnie locale Karinou a pu décoller, mais ceux qui accompagnaient leurs proches à l’aéroport ont dû faire le déplacement à pied.La circulation était aussi bloquée au niveau du Parlement et sur l’avenue de l’Indépendance, qui relie le centre-ville aux quartiers nord.

Les violences de la semaine dernière, les plus fortes depuis la fin août, ont fait au moins dix morts, dont un Casque bleu pakistanais.

(Avec APP)