Société

Congo : les grands électeurs renouvellent la moitié du Sénat

Les grands électeurs congolais votaient dimanche pour renouveler la moitié du Sénat, où le parti au pouvoir et ses alliés devraient conserver une majorité écrasante.

Par
Mis à jour le 12 octobre 2014 à 17:38

Une urne dans un bureau de vote à Brazzaville en République du Congo. © AFP

Le scrutin s’est ouvert à 07h00 (06h00 GMT) dans huit des douze départements du Congo et devait s’achever à 18h00, a indiqué la Commission nationale d’organisation des élections (Conel).

Le Sénat de la République du Congo compte 72 sièges et est renouvelé de moitié tous les trois ans. Avec ses alliés, le Parti congolais du travail (PCT), qui a remporté toutes les élections depuis le retour au pouvoir du président Denis Sassou Nguesso en 1997, en tient 68.

Les quatre sièges qui restent sont occupés par des représentants de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), le seul parti d’opposition qui accepte de concourir aux élections.

Le PCT et ses alliés vainqueurs des élections locales

Les grands électeurs participant au scrutin de dimanche sont les conseillers municipaux et départementaux sortis vainqueurs des élections locales du 28 septembre, remportées haut la main par le PCT et ses alliés.

Ils doivent élire six sénateurs dans chacun des départements où les mandats des représentants à la Chambre haute sont arrivés à échéance : le Niari, la Lékoumou et le Pool, dans le Sud du pays, les Plateaux (Centre), et la Cuvette-Ouest et la Likouala dans le Nord.

Élections partielles

Deux élections partielles ont lieu également, l’une à Brazzaville, et l’autre dans la Bouenza (Sud) pour pourvoir les sièges laissés vacants par le décès de deux sénateurs.

Le PCT présente un candidat pour chacun des 38 sièges en jeu. L’UPADS, dont deux des fauteuils de sénateurs sont en jeu, présente en tout 12 candidats. Les autres postulants qui concourent face au PCT sont ses alliés.

Le parlement du Congo compte deux chambres, l’Assemblée Nationale, la plus importante, et le Sénat, doté d’un rôle secondaire.