Politique

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le général Al Hadj Ag Gamou. © Sia Kambou/AFP

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations pour un accord de paix.

Mise à jour à 18h33.

Des combats opposaient, jeudi 16 octobre, le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) à la milice du Groupe d’autodéfense touareg imrad et alliés (Gatia), dans la région de Gao. D’après le MNLA, vers 10h30, neuf véhicules dirigés par des militaires maliens et accompagnés de membres de la milice affiliée au général Al Hadj Ag Gamou ont attaqué une des bases du groupe rebelle, à In Tillit. Le combat couvait depuis plusieurs jours, et intervient alors que les pourparlers de paix entre l’État malien et les groupes armés du nord devaient reprendre mercredi à Alger.

Le Gatia, faux-nez de l’armée malienne ?

Pour le MNLA, cette attaque constitue une "une violation du cessez-le-feu du 23 mai 2014". Le Gatia, créé suite à la débâcle de l’armée malienne à Kidal, en mai dernier, apporte son soutien aux forces militaires maliennes. Selon son président, Fahad Ag Almahmoud, elle est constituée de 800 à 1000 hommes : "la communauté a payé les armes pour amortir l’absence d’État", explique-t-il.

Mais beaucoup de ces miliciens seraient en fait des militaires maliens, proches de Gamou, et pilotés depuis Bamako – compensant ainsi, sur le terrain, l’absence de l’armée malienne, défaite depuis les combats de mai dernier.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte