Politique

Attentat de Londres : 4 morts, au moins 40 blessés et la piste du terrorisme islamiste privilégiée

Quatre personnes, dont l’assaillant abattu par les forces de l’ordre, ont été tuées au cours d’une attaque mercredi devant le parlement britannique, à Londres, qualifiée de terroriste par la police. Une quarantaine de personnes ont également été blessées.

Par
Mis à jour le 23 mars 2017 à 08:32

Des membres des forces de l’ordre se pressent autour du palais de Westminster, à Londres, après une attaque décrite comme « terroriste » par la police, le 22 mars 2017. © Yui Mok/AP/SIPA

« Quatre personnes sont décédées. Cela inclut un policier et un homme qui est considéré comme étant l’assaillant » , a annoncé le chef de la police, Mark Rowley à la presse ce mercredi 22 mars devant le siège de Scotland Yard.

Vers 15h40, un individu a foncé à bord d’une voiture dans la foule sur le pont de Westminster, faisant une quarantaine de blessés, avant de poignarder à mort un policier à Old Palace Yard, l’entrée principale du Parlement.

L’assaillant, qui a agi seul selon les enquêteurs, et dont l’acte n’a pas été revendiqué pour le moment, a ensuite été « abattu par un autre policier », a indiqué le commandant Mark Rowley. Refusant de faire des commentaires sur l’identité de l’assaillant, le responsable a simplement ajouté que la police privilégiait « la piste du terrorisme islamiste ».

Des blessures « catastrophiques »

L’attaque a entraîné un vent de panique dans le centre de Londres. Selon l’agence britannique Press Association, un interne de l’hôpital St Thomas de Londres a qualifié de « catastrophiques » les blessures de plusieurs personnes.

Une femme grièvement blessée a été repêchée dans la Tamise, a indiqué l’Autorité portuaire de la capitale britannique. « Une femme a été retirée en vie de l’eau mais avec de graves blessures », a indiqué un porte-parole. « Nous partons du principe qu’elle est tombée ou a sauté du pont » de Westminster, où l’assaillant a lancé sa voiture sur la foule.

Des images montrent le député conservateur Tobias Ellwood, qui a perdu son frère dans un attentat à Bali, en Indonésie en 2002, pratiquer en vain un massage cardiaque sur le policier, un père de famille de 48 ans mortellement blessé.

Le Premier ministre français Bernard Cazeneuve a annoncé sur son compte Twitter que des lycéens français avaient été blessés lors de l’attaque. « Trois élèves du lycée Saint-Joseph de Concarneau (ouest), qui se trouvaient en voyage scolaire, figurent parmi les blessés », a précisé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Deux ressortissants roumains sont également blessés, a annoncé Bucarest, ainsi que cinq touristes sud-coréens, d’après l’agence Yonhap, et un Portugais, selon le gouvernement portugais.

Réunion de crise

La Première ministre britannique Theresa May « va bien », a déclaré à l’AFP un porte-parole de Downing Street. Elle a présidé une réunion de crise ce mercredi soir au 10, Downing Street, la résidence de la cheffe du gouvernement, a précisé une porte-parole du gouvernement.

Les présidents français François Hollande et américain Donald Trump ont appelé la Première ministre britannique. « J’ai parlé à la Première ministre britannique Theresa May pour lui présenter mes condoléances. Elle est forte et se porte très bien », a écrit le président américain sur Twitter.

« Les Londoniens ne se laisseront pas intimider par le terrorisme », a lancé le maire de Londres Sadiq Khan.

Il s’agit de l’attaque la plus meurtrière au Royaume-Uni depuis les attentats suicide du 7 juillet 2005, revendiqués par des sympathisants d’Al-Qaïda, qui avaient fait 56 morts dans les transports en commun londoniens.