Politique

Centrafrique : au moins sept personnes tuées par des milices rivales

Des miliciens anti-balaka et ex-Séléka ont tué au moins sept personnes ces derniers jours dans le centre de la Centrafrique. Selon la gendarmerie, les victimes étaient accusées de collaborer avec leurs rivaux.

Par
Mis à jour le 21 octobre 2014 à 10:03

Un milicien anti-balaka. © AFP

Ces derniers jours, la région centre de la Centrafrique a connu un regain de tension. Selon une source au sein de la gendarmerie de Bambari, "des individus armés se réclamant des anti-balaka, partis de Bambari à la fin de la semaine dernière en direction de Kouango (plus au Sud, NDLR), ont froidement assassiné cinq personnes au village de Bangao et Bomballa, les accusant de collaborer avec les ex-Séléka et d’avoir trahi leur position à ces derniers".

>> Lire aussi : "Angolagate", l’affaire qui empoisonne la vie politique centrafricaine

"Les assaillants se sont livrés à d’autres exactions sur les habitants: incendie de maisons d’habitation, pillages, vols, faisant fuir de nombreux autres vers la RDCo dans des pirogues", a ajouté la source.

Selon cette source, "dans un autre village situé sur la route menant au centre de Kouango, les ex-Séléka basés à Kouango ont exécuté en public la semaine dernière deux jeunes hommes, sous l’accusation de trahison et d’appartenance à la milice anti-balaka. Ils ont pourchassé d’autres personnes à travers la ville", qui ont également dû fuir en RDC.

(Avec AFP)