Société

Accusée d’adultère, une Syrienne est lapidée par son père et des jihadistes

Une Syrienne a été lapidée par son père et des jihadistes de l’organisation de l’État islamique dans le centre de la Syrie, selon une vidéo publiée mardi sur Youtube. Elle était accusée d’adultère.

Par
Mis à jour le 21 octobre 2014 à 21:00

Une Syrienne accusée d’adultère a été lapidée. © Capture d’écran / Vidéo Youtube

Une jeune femme accusée d’adultère a été lapidée par son père et des jihadistes du groupe État islamique (EI) dans le centre de la Syrie, selon une vidéo postée mardi 21 octobre sur Youtube.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a également annoncé qu’un homme avait été tué mardi pour adultère dans la province d’Idleb, au nord-ouest, au cours de la première lapidation publique d’un homme depuis le début de la crise en Syrie. Cette exécution a été conduite par des combattants de brigades islamistes et du Front al-Nosra, branche syrienne d’al-Qaïda, selon l’ONG.

La lapidation est un châtiment prévu dans la loi islamique pour un homme ou une femme marié reconnu coupable d’avoir eu un rapport sexuel hors mariage. Cette peine est cependant très rarement appliquée dans les pays musulmans.

La mise à mort de la jeune femme a eu lieu en août ou septembre dans une zone rurale de l’est de la province de Hama, au centre du pays, contrôlée par l’EI, selon l’OSDH. Sur la vidéo, une jeune femme vêtue de noir fait face à deux hommes : son propre père et un jihadiste. Le jihadiste, armé, est vêtu d’une chemise blanche et d’un pantalon de treillis, tandis que le vieil homme porte une djellaba blanche et le keffieh rouge traditionnel des paysans de la région.

"Acceptes-tu la punition de Dieu"

"La punition est le résultat de que tu as commis et personne ne t’a forcée à le faire. (…) Acceptes-tu la punition de Dieu", déclare le jihadiste, s’exprimant en arabe classique. La jeune femme opine de la tête puis demande à son père de lui pardonner. Celui-ci commence par refuser, mais finit par accepter sous la pression des jihadistes. Le vieil homme prend alors une corde dont il entoure la taille de sa fille puis la contraint à s’allonger, avant que ne commence la lapidation. "Nous condamnons ce crime horrible commis par L’EI. Ce crime n’est en rien lié avec la révolution syrienne", a déclaré dans un communiqué la coalition de l’opposition syrienne.

Dans l’affaire de l’homme lapidé, ce dernier, marié et âgé de 35 ans, a été condamné par un tribunal islamique et a été exécuté à la périphérie de la ville de Saraqeb, a précisé le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane. La femme non mariée avec laquelle l’homme avait commis l’adultère a été condamnée à des coups de fouet.

La Syrie est ravagée depuis plus de trois ans par une guerre civile, déclenchée en mars 2011 par la répression brutale d’un mouvement de contestation populaire qui s’est ensuite transformé en rébellion armée. Le conflit est ensuite devenu plus complexe avec la montée en puissance des jihadistes, notamment de l’EI, qui contrôlent de vastes secteurs du pays.

(Avec AFP)