Société

Ebola : mille patients guéris en Afrique de l’Ouest et deux rémissions occidentales

Il y a parfois des nouvelles heureuses dans les tragédies. L’annonce de Médecins sans frontières du « 1 000è survivant » d’Ebola sorti de ses centres en Afrique de l’Ouest, ainsi que celle de la rémission de deux malades atteints du virus aux États-Unis et en Espagne, permet de redonner espoir. Sans faire oublier pourtant que l’hécatombe se poursuit dans certaines régions au Liberia, en Guinée et en Sierra Leone.

Par
Mis à jour le 22 octobre 2014 à 11:11

Des employés de MSF en tenue de protection, le 1er octobre à Monrovia. © Pascal Guyot/AFP

Il s’appelle James Kollie et il est libérien. C’est le 1000è patient à sortir guéri des centres de Médecins sans frontières (MSF) en Afrique de l’Ouest. À 18 ans, il avait contracté le virus Ebola et vient d’en être déclaré guéri. Heureux d’être à nouveau aux côté de son fils, le papa, Alexandre, un employé local de l’ONG, a cependant déjà perdu son épouse, deux enfants et un frère, tous morts à cause d’Ebola.

"Je suis si heureux d’avoir encore Kollie (James), mais c’est dur de ne pas penser à tous ceux qui ne sont plus avec nous", a-t-il déclaré. "Maintenant que mon fils est guéri d’Ebola, nous allons refaire notre vie. Il a 18 ans maintenant, donc, j’en ferai mon ami. Plus seulement mon fils, mais mon ami (…). Je ne peux pas remplacer ma femme, mais je peux faire une nouvelle vie avec notre fils", déclare Alexander Kollie, selon lequel James veut étudier la biologie et devenir médecin.

L’ONG Médecins sans frontières, en première ligne dans la lutte contre l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, s’est ainsi félicité hier que le "1000è survivant" de la maladie était sorti de ses centres de traitement.

"Depuis le début de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, MSF a admis plus de 4500 patients dans ses centres de soins" et parmi eux, "plus de 2700 ont été confirmés" comme étant porteurs du virus, affirme l’ONG sur son site internet.

>> Lire aussi : Comment le Nigeria a su éviter l’épidémie d’Ebola

Deux rémissions en Occident

Hier, Ashoka Mukpo n’a pas cessé de tweeter pour célébrer sa guérison. Le cameraman de la chaîne américaine NBC avait été contaminé par Ebola au Liberia et avait été rapatrié aux États-Unis. Il était soigné au Nebraska Medical Center, qui a annoncé mardi 21 octobre que son patient pourrait rentrer chez lui dès le lendemain. "Un test de sang négatif confirmé par les CDC (Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies) a montré qu’Ashoka Mukpo n’avait plus de traces du virus dans le sang et était donc libre de rentrer chez lui" dans le Rhode Island (nord-est), a précisé l’hôpital dans un communiqué.

À Madrid, l’Espagnole Teresa Romero, première personne contaminée par le virus Ebola hors d’Afrique, a également été déclarée guérie, selon les résultats des tests définitifs hier. "Les critères de guérison du virus Ebola" tels qu’établis par l’OMS "sont bien remplis" après quatre analyses sanguines négatives, a annoncé le docteur Jose Ramon Arribas, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Carlos III, 15 jours après l’hospitalisation de Teresa Romero. Cette contamination avait couler beaucoup d’encre en Espagne, en raison des déficiences constatées au sein des services sanitaires du pays.

Plus de 4 500 décès en Afrique de l’Ouest depuis le début de l’épisode endémique

Ces relatives bonnes nouvelles ne font pas oublier que l’épidémie d’Ebola a déjà fait 4 555 morts sur les 9 216 cas enregistrés par l’Organisation mondiale de la Santé (les derniers chiffres officiels datent du 13 octobre). Un taux de létalité extrêmement fort, qui place l’épisode actuel d’Ebola en tête des catastrophes épidémiques.

>> Voir aussi : Ebola et l’Afrique, 40 ans d’épidémies

156px;" alt="" src="https://www.jeuneafrique.com/photos/102014/02210201410245900000020141020carteebola.png" />