Politique

Israël : l’armée arrête un enfant palestinien handicapé mental de onze ans

Des soldats israéliens arrêtant un enfant palestinien.

Des soldats israéliens arrêtant un enfant palestinien. © Capture d'écran.

Cela risque de ne pas arranger l’image de l’armée israélienne. Mise en ligne le 20 octobre par une organisation de défense des droits de l’homme, une vidéo montre ses soldats arrêter, ligoter et brièvement enfermer dans une jeep un enfant palestinien de 11 ans, handicapé mental.

On sait Tsahal, l’armée israélienne, très attachée à son image, notamment sur les réseaux sociaux. Depuis le 20 octobre, son service communication a donc sans doute dû avoir quelques sueurs froides. Lundi, une vidéo a été diffusée par l’organisation israélienne de défense des droits de l’homme B’Tselem sur son compte YouTube.

>> Lire aussi : "Israël : pour Tsahal, chaque enfant palestinien est-il un terroriste en puissance ?"

On y voit un enfant palestinien de 11 ans, handicapé mental, arrêté, ligoté et brièvement enfermé dans une jeep par des soldats de l’armée israélienne qui le soupçonnaient de leur avoir jeté des pierres, à Hébron, en Cisjordanie. L’ONG rapporte que l’enfant a été finalement relâché quelques minutes plus tard, son père ayant expliqué aux soldats les problèmes de son fils.

Depuis reprise par le Huffington Post Maghreb et le quotidien britannique The Independent, les images ont été vues par plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Violences, fouilles, harcèlement…

La scène se déroule dans une zone de tensions importante entre la population palestinienne et la communauté de colons israéliens qui y est installée, et dont les propos racistes sont clairement audibles dans la vidéo.

>> Lire aussi : "Israël : et si les réseaux sociaux se retournaient contre Tsahal ?"

Dans son rapport consacré à la situation d’Hébron, B’tselem explique que "la présence accrue de soldats et de policiers y apporte son lot de violences injustifiées et d’abus de pouvoir". Cité par Slate.fr, le document conclut : "Violence, fouille arbitraire des maisons, harcèlement, détention de passants et traitements humiliants sont devenus partie intégrante de la vie quotidienne des Palestiniens et ont conduit nombre d’entre eux à partir."

_________________

Par Mathieu OLIVIER

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte