Économie

Maroc : l’amnistie fiscale a rapporté plus d’un milliard d’euros à l’Etat

Mohamed Boussaid est le ministre des Finances du Maroc.

Mohamed Boussaid est le ministre des Finances du Maroc. © Remy Steinegger/World Economic Forum/swiss-image.ch/Licence CC

L'amnistie fiscale décrétée par le gouvernement marocain pour lutter contre l'évasion fiscale a rapporté deux fois plus que prévu, soit 12 milliards de dirhams (environ 1 milliard d'euros) au lieu de 5 milliards.   

La mesure d’amnistie fiscale mise en oeuvre en 2014 par le Maroc a rapporté plus d’un milliard d’euros (12 milliards de dirhams), a indiqué vendredi le gouvernement marocain, soit plus du double des prévisions initiales.

Les 12 milliards récoltés dépassent les « prévisions initiales » qui étaient de l’ordre de 5 milliards de dirhams (450 M EUR), a annoncé le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, lors de la dernière réunion de l’année du Conseil du gouvernement.

Le gouvernement marocain avait annoncé, dans le cadre de la loi de finances 2014, une mesure d’amnistie fiscale en faveur des résidents marocains coupables d’évasion, en échange d’une « contribution ».

Avoirs

Le titulaire du portefeuille du Budget, Idriss Azami Idrissi, avait précisé qu’elle s’adressait « aux Marocains résidant au Maroc qui ont, par le passé, transféré illégalement des avoirs à l’étranger ».

Si ces avoirs sont légaux hors du royaume –il peut s’agir « d’appartements, de participations dans des sociétés, d’achats d’actions ou encore de comptes bancaires »–, ils représentent une « infraction à la réglementation » du point de vue marocain dans la mesure où ils n’ont pas fait l’objet d’une « déclaration préalable à l’office des changes », avait-il expliqué.

Assurant ne pas disposer d’estimation du nombre de personnes concernées, il avait évoqué une « mesure exceptionnelle » garantissant « l’absence de poursuites administratives ou judiciaires ».

Non renouvelée

La mesure d’amnistie prend fin le 31 décembre, et ne « sera pas renouvelée » en 2015, avait déclaré le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Boussaid. Les personnes encore en infraction devront « être régularisées par voie transactionnelle avec l’office des changes », payant ainsi des impôts et des pénalités de retard, a expliqué à l’AFP le responsable communication de cet office Hicham Brahmi. A défaut, ils s’exposent à des poursuites judiciaires et à des peines de prison de un à cinq mois, a-t-il ajouté.

(avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte