Politique

L’Algérie, diplomate au long cours

Ramtane Lamamra saluant un délégué du Mouvement arabe de l'Azawad, le 16 juillet à Alger. © Samir Sid

Principal artisan du dialogue intermalien, Alger a été mandaté pour piloter la médiation entre les belligérants libyens. Un rôle de facilitateur dans lequel le pays a toujours excellé.

Déjà engagée dans une délicate mission de facilitateur dans le dialogue intermalien, dont la reprise était prévue le 17 octobre avec à l’ordre du jour la question déterminante du statut du Nord-Mali, l’Algérie a reçu mandat de la communauté internationale – Washington, Paris, l’ONU, l’Union africaine (UA), l’Union européenne (UE) et la Ligue arabe – pour piloter une médiation entre les belligérants libyens.

Opposé à une intervention militaire étrangère pour sauver l’ex-Jamahiriya du chaos, Ramtane Lamamra, ministre algérien des Affaires étrangères, a été particulièrement actif lors de la 69e Assemblée générale des Nations unies, multipliant les rencontres avec ses homologues et défendant l’initiative de son pays devant le Conseil de sécurité, réuni en sommet le 24 septembre.

Dans la foulée, Abdelkader Messahel, ministre délégué aux Affaires africaines et maghrébines, autre fine lame de la diplomatie d’Abdelaziz Bouteflika, a sillonné les capitales européennes les plus influentes, Bruxelles, Londres et Berlin, pour obtenir l’adhésion à la solution algérienne : dialogue politique inclusif sur le modèle du processus malien. L’argument clé de Messahel ? "Ce que nous avons obtenu des acteurs de la crise malienne, à savoir accepter de négocier pour une paix durable, nous pouvons l’obtenir des Libyens, pour peu que l’on donne sa chance à la solution politique."

> > Consulter: Ramtane Lamamra : "L’histoire nous donnera raison" (interview de janvier 2014)

L’Algérie comme chef de file de la médiation avec le Mali

Mali, Libye, deux dossiers extraordinairement complexes. Si, dans le premier, l’implication de l’Algérie dans une crise vieille de plus de cinquante ans remonte au début des années 1990 (le premier accord de paix entre le gouvernement malien et la rébellion armée touarègue a été signé en 1992 à Tamanrasset sous parrainage algérien, et sera suivi par deux autres, en 2002 et en 2006), dans le second, l’"interventionnisme" d’Alger semble déroger à un principe inscrit dans la Constitution : la non-immixtion dans les affaires intérieures d’un pays tiers.

"Ce n’est pas de l’ingérence, explique Ramtane Lamamra. Notre démarche ne consiste pas à imposer une solution aux parties en conflit, mais à faciliter un dialogue entre elles avec le souci d’associer le plus de partenaires possible au processus. Dans le cas malien, par exemple, la feuille de route des négociations identifie l’Algérie comme chef de file de la médiation, en coordination avec une équipe composée de plusieurs parties : la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), les Nations unies à travers la Minusma, l’UA, l’UE, l’Organisation de la coopération islamique (OCI), ainsi que le Burkina Faso, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Pour la Libye, nous avons été mandatés par les pays voisins, puis par l’UA et le Conseil de sécurité de l’ONU."

> > Lire aussi: Algérie: cinquante ans d’indépendance et une diplomatie incontournable

"Un veto algérien"

Dans les couloirs de la Maison de verre, à New York, en marge des travaux de l’Assemblée générale, alors que l’intervention en Libye des Rafale français semblait imminente, des diplomates évoquaient un "veto algérien", comme si le pays de Bouteflika était membre permanent du Conseil de sécurité. L’explication du ralliement de la communauté internationale à la position d’Alger se trouve sans doute dans le message adressé le 8 octobre, à l’occasion de la journée nationale de la diplomatie, par Joan Polaschik, ambassadrice des États-Unis à Alger, au gouvernement.

Ancien numéro deux de l’ambassade américaine en Libye entre 2009 et 2012, Joan Polaschik évoque l’action de l’Algérie sur le plan international comme "un modèle de diplomatie". À propos du dénouement heureux, en 1981, à la faveur d’une médiation algérienne, de la crise des otages américains retenus à Téhéran, elle a loué "la créativité, la persévérance et la capacité des diplomates algériens à trouver un terrain d’entente entre deux positions apparemment éloignées".

Le savoir-faire diplomatique algérien avait déjà fait ses preuves dans des médiations antérieures, comme celle conduite en 1973 entre l’Irak baasiste et l’Iran du shah Mohamed Reza Pahlavi. Née au cours de la guerre d’indépendance, l’action diplomatique algérienne était perçue par ses pionniers comme un appoint au combat libérateur, et le talent de ses négociateurs s’est raffermi durant les pourparlers d’Évian, période de gestation de la République algérienne. Il s’agit donc d’une diplomatie militante, prônant la souveraineté des États, le non-alignement et le soutien indéfectible aux mouvements de libération du continent et d’ailleurs.

"Chaque fois que nous nous engageons dans une médiation, déclare Ramtane Lamamra, nous visons le même objectif : privilégier la solution négociée pour éloigner le spectre d’une guerre, parfois à notre détriment." La diplomatie algérienne a son lot de martyrs. Les deux derniers en date : Boualem Sayes, consul à Gao (Mali), et son adjoint, Tahar Touati, enlevés le 6 avril 2012 par le Mouvement unicité et jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), morts au cours de leur détention. Le martyr le plus illustre reste cependant Mohamed Seddik Benyahia, ancien chef de la diplomatie dont l’avion a été abattu le 3 mai 1982 par un missile d’origine inconnu, alors qu’il faisait la navette entre Bagdad et Téhéran pour obtenir un cessez-le-feu entre les belligérants de la guerre Irak-Iran (1980-1988).

Quinze éminents cadres de la diplomatie algérienne figuraient parmi les autres victimes du crash de l’appareil. L’administration des Affaires étrangères constitue un rouage important dans le système algérien. La nature de sa vocation et de ses missions la distingue des autres segments de l’administration, d’autant qu’elle entretient des relations étroites avec les services de renseignements et, plus généralement, avec l’institution militaire.

Son encadrement est recruté parmi les diplômés de deux prestigieuses institutions : l’École nationale d’administration (ENA), relevant du ministère de l’Enseignement supérieur, et l’Institut diplomatique et des relations internationales (Idri), placé sous la tutelle des Affaires étrangères. Domaine régalien du chef de l’État, la diplomatie a souvent été bicéphale. La cellule diplomatique d’El-Mouradia, formée par les sherpas du président de la République, est associée à la gestion des dossiers les plus sensibles du moment.

Ramtane Lamamra, ministre au mérite

Détenteur du record de longévité à la tête de ce département ministériel (1963-1979), Abdelaziz Bouteflika a marqué durablement la diplomatie de son pays et continue d’en être le principal animateur depuis son retour aux affaires, en 1999. Mais on ne peut lui en attribuer la doctrine, qui est un héritage de la période de lutte contre le colonialisme. Si, à titre d’exemple, un Abdelkader Messahel peut être considéré comme un produit de l’école Bouteflika, il n’en va pas de même pour Ramtane Lamamra.

Le premier, ancien journaliste, a intégré le staff de Bouteflika en 1974, l’année où ce dernier présida l’Assemblée générale de l’ONU, réussissant à obtenir l’exclusion de la délégation de l’Afrique du Sud (alors sous l’apartheid) et à offrir une tribune à Yasser Arafat, leader de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), jusque-là considéré comme terroriste.

Quant au second, il est un produit de l’ENA et a gravi les échelons au mérite. Comme dans d’autres rouages du système, la méritocratie n’est pas le critère principal pour l’attribution des postes les plus prestigieux ou pour une affectation dans une capitale stratégique. Cependant, de toutes les institutions de la République, la "maison" Affaires étrangères est celle qui connaît le moins de parachutages. Sans doute à cause des exigences qu’imposent les aspects techniques et stratégiques de la mission.

Faites dérouler les portraits ci-dessous

afin de connaître ces quatre hommes proches de la machine diplomatique d’Abdelaziz Bouteflika:

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte