Société

Le foot n’est pas la guerre, vous êtes sûr ?

Il n’y a pas qu’en Afrique que les questions politiques font irruption sur les terrains de football.

Par
Mis à jour le 22 octobre 2014 à 10:05

Le drapeau de la grande Albanie sur un stade de Belgrade, le 14 octobre. © Alexa Stankovic/AFP

Redoutant des incidents, la Fédération serbe avait interdit aux supporteurs albanais de se rendre à Belgrade le 14 octobre pour assister à un match qualificatif pour l’Euro 2016.

Elle n’avait pas prévu qu’un drone porteur d’un drapeau nationaliste où figurait une carte de la "grande Albanie" allait faire irruption sur le terrain !

La grande Albanie en question inclut le Kosovo, ex-province serbe peuplée majoritairement d’Albanais théâtre d’un sanglant conflit dans les années 1990 et administrée depuis par l’ONU.

Un joueur serbe ayant arraché ledit drapeau, une bagarre générale s’est ensuivie avec le concours de spectateurs très remontés. Le match a alors été arrêté, tandis que les joueurs albanais regagnaient les vestiaires sous une pluie d’insultes et de projectiles.

Le soir même, la télévision publique serbe annonçait que le frère du Premier ministre albanais avait été arrêté : il aurait manoeuvré le drone depuis la tribune – information démentie tant par Tirana que par l’intéressé.

La visite d’Edi Rama, le chef du gouvernement albanais, le 22 octobre à Belgrade est compromise. C’était la première depuis soixante-huit ans !

>> À voir aussi : Football : faut-il annuler, reporter ou décaler la CAN 2015 au Maroc ? Donnez votre avis.