Politique

Mali : MNLA, MAA et HCUA créent une coordination militaire commune

| Par Jeune Afrique
La délégation du MNLA à Alger, le 16 juillet 2014.

La délégation du MNLA à Alger, le 16 juillet 2014. © AFP

Le 28 octobre, les groupes armés de la coordination des mouvements de l’Azawad ont annoncé la création d’un état-major commun. Objectif prétendu : sécuriser les régions du Nord sous leur contrôle.

Désormais, les forces militaires du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), du Haut-conseil de l’unité de l’Azawad (HCUA) et du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), trois groupes armés actifs dans le nord du Mali, agiront dans le cadre d’une coordination militaire commune, placée sous le commandement du colonel Mohamed Ag Najim.

>> Lire aussi : Au Nord-Mali, les groupes armés touaregs et arabes font un pas vers l’unité

"Éradiquer l’insécurité" dans le Nord

C’est le principal résultat de la réunion qui a eu lieu du 26 au 28 octobre à Anéfif, dans la région de Kidal, entre les représentants de ces mouvements rebelles. Ces derniers affirment vouloir ainsi "contenir et éradiquer toute forme d’insécurité" dans le nord du Mali.

Une mise en garde a été également lancée à l’armée malienne, accusée d’attaquer leurs positions et de constituer, selon eux, une menace pour les populations civiles.

L’état-major commun mis en place sera composé de dix officiers issus du MNLA, du HCUA et du MAA.

>> Lire aussi : les liaisons dangereuses du HCUA

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer