Archives

RDC : à Beni, des manifestants déboulonnent la statue de Joseph Kabila

| Par Jeune Afrique
Joseph Kabila, le 31 octobre 2014 à Beni.

Joseph Kabila, le 31 octobre 2014 à Beni. © AFP

Au lendemain d’un nouveau massacre à Beni attribué aux rebelles ougandais de l’ADF, une violente émeute a éclaté dans la ville dimanche. Des manifestants se sont notamment attaqués à la statue du président Joseph Kabila pour protester contre l’inefficacité de l’armée.

"La population a procédé à des manifestations violentes. Elle voulait détruire des édifices publics mais ces derniers ont été protégés. Elle s’en est pris alors à la statue du président Kabila." C’est en ces termes que Bwanakawa Nyonyi, le maire de Beni, dans l’est de la RDC, a résumé, le 2 octobre, l’exaspération de ses administrés après une nouvelle tuerie samedi dans la ville.

Quelques heures plutôt, avant de quitter la ville, le président Joseph Kabila avait pourtant promis une réaction ferme à cette série de massacres.

>> Lire aussi : à Beni, Kabila promet de "vaincre" les ADF

Bilan : entre 7 et 11 morts

Le bilan de la dernière tuerie, commise samedi soir dans l’est de la ville, dans le quartier Bel-Air, varie de sept à 11 morts selon les sources. À en croire Teddy Katalika, président de la Société civile du territoire de Beni, une fédération d’associations locales, "on a tué huit personnes : deux militaires et six civils". Il a également attribué ce nouveau massacre aux éléments "présumés appartenir aux Forces démocratiques alliées (ADF)", ces rebelles ougandais qui sévissent dans la région depuis près de deux décennies.

>> Lire aussi : "Les islamistes combattent aux côtés de l’ADF", selon Julien Paluku

Mais à Goma, la Société civile de la province du Nord-Kivu, a donné un bilan de 11 morts, tués "essentiellement par armes blanches". Ainsi, du 2 octobre au 2 novembre, les "massacres successifs des ADF" ont coûté la vie à "environ 120 personnes" et poussé des milliers de familles à fuir, a-t-elle recensé.

Les autorités locales ont pour leur part annoncé au moins sept morts. "Il y a eu sept morts, dont deux militaires", a affirmé Julien Paluku, gouverneur du Nord-Kivu. Le maire de Beni, Bwanakawa Nyonyi, a évoqué de son côté dix morts.

Et au cours des manifestations de protestation de dimanche, la police a tiré en l’air pour disperser la foule. "Une personne a été blessée par balle à la cheville" et deux policiers ont également été touchés, selon un journaliste local.

Dans l’après-midi, le maire de Beni a annoncé un couvre-feu de "18 heures 30 à 6 heures", qui n’a pas été respecté, selon Teddy Katalya.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer