Télécoms

Cadeau empoisonné pour Maroc Télécom à Abidjan

En deux ans, Moov Côte d'Ivoire a perdu 400 000 utilisateurs. © Olivier pour J.A.

Nouvelle tête de pont d'Etisalat en Afrique francophone, le groupe marocain va prendre le contrôle de Moov. Une marque en difficulté, notamment en Côte d'Ivoire...

Mis à jour le 12/01/2015 : le décret autorisant Maroc Télécom à prendre une participation dans Moov Côte d’Ivoire a été signé le 07 janvier 2015 >>>>> Lire aussi : Maroc Télécom autorisé à prendre le contrôle de Moov Côte d’Ivoire

L’opération est entrée dans la dernière ligne droite. D’ici à quelques semaines, Maroc Télécom devrait avoir obtenu toutes les autorisations des régulateurs pour prendre le contrôle des filiales ouest-africaines de sa nouvelle maison mère, Etisalat, connues sous la marque Moov. Le groupe marocain deviendra officiellement la tête de pont de l’opérateur de télécoms émirati en Afrique francophone, supervisant depuis Rabat cinq nouvelles implantations au sud du Sahara (Bénin, Côte d’Ivoire, Niger, Centrafrique, Togo), en plus de ses quatre présences historiques (Gabon, Mauritanie, Mali, Burkina Faso). Le nombre de ses clients devrait passer d’environ 32 millions à 42 millions et son chiffre d’affaires grimper d’environ 460 millions d’euros.

En 2014, seul Moov Togo devrait être bénéficiaire parmi les nouvelles filiales de Maroc Télécom.

Pour Abdeslam Ahizoune, président du directoire de Maroc Télécom, le succès est total. Cet homme que l’on sait soutenu par le Palais a non seulement sauvé sa tête au moment du désengagement de Vivendi au profit des Émiratis, mais aussi augmenté son périmètre d’action.

Toutefois, cette « promotion » pourrait se révéler moins providentielle que prévue pour l’opérateur et son patron, abonnés aux succès depuis plus d’une décennie.

En 2014, seul Moov Togo devrait être bénéficiaire parmi ses nouvelles filiales. Moov Bénin, qui l’an dernier dégageait de l’argent, paiera cette année des dépenses opérationnelles en hausse liées au lancement de la 3G. En Centrafrique, la situation sécuritaire pénalise l’activité tandis qu’au Niger le marché est ultradominé par Airtel et Orange.

>>>>> Infographie : Maroc Télécom – Etisalat, un nouveau géant en images

Décrochage

Le signal le plus inquiétant pour Maroc Télécom est émis depuis la Côte d’Ivoire. Après la crise postélectorale, la filiale numéro un d’Etisalat en Afrique francophone avait vu son nombre de clients fortement augmenter, pour dépasser 4 millions de personnes. Moov Côte d’Ivoire avait profité des difficultés d’Orange et, dans une moindre mesure, de MTN, dont les réseaux avaient subi des dommages.

Mais depuis deux ans, la situation n’a cessé de se dégrader. Au 30 septembre, sa part de marché est tombée à 17 % (3,6 millions de clients), contre près de 22 % fin 2013. Surtout, son chiffre d’affaires ne représente plus que 13 % du total secteur, Orange et MTN cumulant plus de 80 %. Au 31 décembre, ses revenus sur l’année devraient d’ailleurs reculer d’au moins 15 %. Pire qu’en 2013, où ils avaient déjà chuté de 10 %. Ses pertes devraient se creuser, passant de 5 milliards de F CFA (7 millions d’euros) l’an dernier à plus de 10 milliards. Depuis 2012, le nombre des salariés a baissé de près de 20 %, même si une partie des départs est due au contrat d’externalisation signé avec l’équipementier Ericsson en 2013.

Le décrochage est si brutal qu’il pourrait remettre en question la valorisation de l’opérateur, arrêtée dans le cadre de son transfert d’Etisalat à Maroc Télécom. Selon une source proche du dossier, toutes les solutions sont étudiées pour redresser les comptes. Les investissements sont gelés (moins de 8 % du chiffre d’affaires au troisième trimestre, contre 22 % en 2013) et le budget marketing a été entamé. Ainsi, Moov Côte d’Ivoire n’a pas sponsorisé le salon régional Africa Telecom People, organisé en décembre à Abidjan.

« Cette situation est le résultat d’un sous-investissement chronique dans le réseau », selon un salarié.

Nommé directeur général à la mi-2014, Dominique Saint Jean, passé notamment par Telkom Kenya entre 2008 et 2009, aurait néanmoins réussi à stabiliser les résultats sur la fin de l’année. Au début du mois de janvier, le lancement d’une solution de paiement via mobile pour le péage du troisième pont d’Abidjan – une première mondiale partagée avec MTN – permettra à Moov de montrer qu’il rattrape son retard dans ce domaine.

« Cette situation est le résultat d’un sous-investissement chronique dans le réseau », explique un salarié de l’entreprise. « Sans parler des infrastructures pour la fibre optique, dont l’importance a été largement négligée », renchérit un ancien collaborateur. Sollicité par Jeune Afrique, le management de la filiale n’a pas souhaité s’exprimer. Même mutisme chez Maroc Télécom, qui indique ne pas vouloir faire de déclarations avant de prendre officiellement les rênes de l’entreprise.

Moov CI chiffres JA2816

« Exécrables »

Selon des sources internes, les difficultés de l’opérateur ivoirien s’expliquent aussi par les mauvais rapports qu’entretenait Moov avec Atlantique Télécom, le holding chargé de la tutelle des filiales francophones d’Etisalat.

« Les relations étaient exécrables car ils n’étaient pas d’accord sur la stratégie, confirme un ex-directeur. Atlantique Télécom exigeait plus de rentabilité alors que la filiale misait sur une stratégie de conquête en enchaînant les promotions. » Même le plan d’investissement ne parvenait pas à faire consensus, Atlantique Télécom insistant pour avoir le détail des affectations avant d’autoriser le déblocage des fonds, tandis que Moov Côte d’Ivoire réclamait plus de réactivité.

>>>> Dossier Télécoms : des gendarmes sous influence

Fin 2012, Ahmed Cissé, le précédent directeur général, a demandé à ne plus dépendre d’Atlantique Télécom, mais directement d’Etisalat. Une nouvelle organisation qui n’a pas empêché la chute du revenu moyen par utilisateur. Sur l’exercice 2013, il a baissé de 19 % quand ceux d’Orange et MTN n’ont reculé que de 1 % et 3 %.

Il y a six mois, Ahmed Cissé a finalement quitté ses fonctions. Réputé proche d’Hamed Bakayoko, actuel ministre ivoirien de l’Intérieur, et de Koné Dossongui, fondateur de Banque Atlantique, il est devenu président du conseil d’administration de l’opérateur. Un départ qui s’est accompagné de ceux, en quelques mois, des directeurs chargés du business, des systèmes d’information, du marketing et des finances. En interne, les salariés de Moov attendent l’arrivée de Maroc Télécom avec une certaine impatience. Histoire d’envisager à nouveau l’avenir.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte