Politique

Libye : Ansar al-Charia dans le viseur de l’ONU

Des militants islamistes d'Ansar al-Sharia, lors d'une bataille le 9 octobre à Benghazi. © AFP

La branche libyenne du groupe jihadiste Ansar al-Charia pourrait voir les avoirs et biens de ses membres gelés par les Nations unies.

Les antennes d’Ansar al-Charia (Les partisans de la loi islamique) à Benghazi et à Derna (est de la Libye) pourraient bientôt faire leur apparition sur la liste noire "terroriste" des Nations Unies en raison de leurs liens avec Al-Qaïda et avec d’autres groupes extrémistes.

C’est en tout cas ce que la France, le Royaume-Uni et les États-Unis ont réclamé mardi 4 novembre à un comité du Conseil de sécurité. Si la mesure est adoptée, elle gèlera les avoirs et biens des membres du groupe et les empêchera d’obtenir des visas d’entrée pour les pays membres de l’ONU.

>> Lire aussi : Des milices ont commis des "crimes de guerre" à l’Ouest, selon Amnesty

Ansar al-Charia a déjà été placé sur la liste noire des États-Unis pour son rôle dans l’attentat de septembre 2012 contre la mission diplomatique américaine à Benghazi qui avait coûté la vie à quatre Américains, dont l’ambassadeur en Libye.

La requête avait été formulée en septembre par le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui avait alors qualifié la Libye de "poudrière terroriste".

>> Pour aller plus loin : Les partisans de Kadhafi contre-attaquent

Experts libyens et étrangers attribuent régulièrement les attaques menées dans l’Est de la Libye à des groupes islamistes, dont Ansar al-Charia, mais les autorités n’osent pas accuser directement ces groupes lourdement armés, par crainte de représailles, selon ces experts.

(Avec AFP)

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte