Politique

Burkina : Macky Sall, Goodluck Jonathan et John Dramani Mahama à pied d’oeuvre

Par
Mis à jour le 5 novembre 2014 à 13:26

Après s’est entretenus avec le lieutenant-colonel Isaac Zida, John Dramani Mahama, Goodluck Jonathan et Macky Sall doivent rencontrer les partis de l’opposition burkinabè et la société civile.

Les concertations à huis-clos entre les présidents du Ghana (John Dramani Mahama), du Nigeria (Goodluck Jonathan), du Sénégal (Macky Sall) et le lieutenant-colonel Isaac Zida, en charge du pouvoir intérimaire au Burkina Faso, ont débuté mercredi 5 novembre vers 11h00 (locales et GMT) dans un salon de l’hôtel Laico à  Ouagadougou. Les trois présidents et le militaire ont débuté leurs discussions.

>> Lire aussi :Consultations décisives pour la transmission du pouvoir aux civils

Les trois chefs d’État africains devaient ensuite être rejoints par les partis de l’opposition et la société civile, avant de repartir dans la soirée. L’opposition donnera une "feuille de route" à John Dramani Mahama "pour que la transition ne dépasse pas novembre 2015", a déclaré Ablassé Ouedraogo, un de ses leaders.

L’avion du président sénégalais Macky Sall a été le premier à se poser, vers 9H30, sur le sol burkinabè. Son homologue nigérian, Goodluck Jonathan a atterri vingt minutes plus tard. John Dramani Mahama, également président en exercice de la Cedeao, qui doit se réunir jeudi à Accra, est arrivé le dernier, vers 10H15.

>> Lire aussi : Comment la France a exfiltré Blaise Compaoré

Le lieutenant-colonel Zida s’est rendu sur la piste de l’aéroport pour accueillir les visiteurs, devant lesquels il s’est mis au garde à vous, avant de leur faire l’accolade, sans qu’aucun hymne ne soit joué. Les ambassadeurs de France, des États-Unis et de l’Union européenne, les trois plus importantes représentations étrangères au Burkina Faso, étaient également présents à l’aéroport.

Sous forte pression internationale, Isaac Zida, s’est engagé mardi à "remettre le pouvoir aux civils" auprès du plus influent chef traditionnel du pays.

>> Lire aussi : L’interview de Roch Kaboré

(Avec AFP)