Diplomatie

Cameroun – Nigeria : dans la lutte contre Boko Haram, qui poursuit qui ?

Le chef présumé de Boko Haram, Abubakar Shekau. © AFP

Dans la lutte contre Boko haram, l'heure n'est pas à la franche coopération entre le Nigeria et le Cameroun. La délicate question du droit de poursuite sur le territoire du voisin échauffe en particulier les esprits.

Il y a encore quelques mois, les responsables nigérians se plaignaient auprès des diplomates occidentaux de la passivité des Camerounais dans la lutte contre Boko Haram.

Ils se désolaient de l’interdiction qui leur était faite de poursuivre les jihadistes sur le sol camerounais.

Aujourd’hui, ce sont les autorités camerounaises qui pestent contre le voisin nigérian, tandis que les militaires réclament à leur tour un droit de poursuite.

"Si le Nigeria n’est pas capable de régler le problème, on va y aller", souffle l’un d’eux. C’est déjà un peu le cas.

Selon une source diplomatique, l’armée camerounaise n’a certes pas encore posé le pied en territoire nigérian, mais son artillerie bombarde régulièrement des positions de Boko Haram non loin de la frontière.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte