Sécurité

RDC : les FDLR se déclarent disposés à se rendre à Kisangani pour y être cantonnés

Un combattant FDLR dans l'est de la RDC. © AFP

Dans une correspondance datant du 3 novembre, dont "Jeune Afrique" a pu se procurer la copie, les rebelles rwandais des FDLR informent Kinshasa et la Monusco de leur "disponibilité" à effectuer une visite de reconnaissance sur le site prévu pour leur cantonnement à Kisangani, dans le nord-est de la RDC.

Après l’avoir longtemps refusé, les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDRL) semblent désormais accepter l’idée d’envoyer leurs combattants dans un centre de regroupement aménagé par la Monusco dans un camp militaire de l’armée congolaise à Kisangani.

Les rebelles rwandais l’ont fait savoir dans une correspondance datée du 3 novembre et adressée notamment à Joseph Kabila, président de la RDC, à Martin Kobler, le chef de la Monusco ainsi qu’aux autorités de la Communauté pour le développement de l’Afrique australe (SADC) et de la Conférence internationale pour la région des Grands Lacs (CIRGL). Jeune Afrique s’en est procuré une copie.

>> Lire aussi : Que reste-t-il des FDLR ?

"Visite de reconnaissance"

"Les FDLR annoncent leur disponibilité à effectuer une visite de reconnaissance sur le site final de cantonnement à Kisangani", écrit le "général major" Victor Byiringiro, chef du groupe armé rwandais, actif dans l’est de la RDC depuis près de deux décennies. Et de préciser : "Les résultats de cette reconnaissance par l’équipe technique quadripartite -SADC-gouvernement congolais-Monusco-FDLR – (…) contribueront à la sensibilisation des cantonnés [les quelque 200 éléments FDLR regroupés dans les camps de transit de Kanyabayonga, dans le Nord-Kivu, et de Walungu, dans le Sud-Kivu, NDRL] pour leur déplacement [à partir] du 17 novembre vers Kisangani."

Contacté, La Forge Fils Bazeye, un des porte-paroles des FDLR, confirme la décision du groupe armé. "C’est un nouveau geste de bonne foi", explique-t-il, rappelant leur engagement à transformer leur insurrection en lutte politique au Rwanda.

Les pays de la région avaient accordé à ces rebelles rwandais un dernier ultimatum de six mois – lequel expire le 2 janvier 2015 – pour qu’ils déposent volontairement les armes. Reste à savoir si l’annonce des FDLR va, cette fois-ci, s’accompagner réellement d’une action de regroupement à Kisangani.

>> Pour aller plus loin :

__________________

Par Trésor Kibangula

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte